La confiance prévaut malgré une année de crise en ELMS

La confiance prévaut malgré une année de crise en ELMS

ELMS



La confiance prévaut malgré une année de crise en ELMS

(RacingNews.fr) – René Binder et son équipe Inter Europol Competition ont terminé la saison 2020 de l’European Le Mans Series (ELMS) à la douzième place du classement général le week-end dernier à Portimao.

La saison 2020 de l’ELMS ne s’est pas déroulée comme prévu pour Rene Binder.
Zoom

L’Autrichien de 28 ans et ses coéquipiers ont lutté cette saison non seulement contre les effets de la pandémie de COVID-19, mais aussi contre l’infériorité de leur châssis Ligier. Dans l’interview, Binder revient sur la saison.

Question : « M. Binder, votre première saison de course pour Inter Europol Competition s’est terminée dimanche après-midi à Portimao par un accident impliquant votre coéquipier Kuba Smiechowski. Quelle est votre conclusion ? »
Rene Binder : « Honnêtement, ma déception est limitée car nous savions dès le début dans quoi nous nous engagions avec la Ligier. Mais je reviendrai sur ce point dans un moment. »

« Il y a eu une scène décisive pour la course au Portugal, et c’était une crevaison après que Cuba ait eu une légère collision avec l’une des voitures United Autosports. Il est donc entré quelques tours avant l’arrêt au stand prévu, ce qui a rendu nécessaire un autre arrêt pour le carburant vers la fin de la course. »

« De plus, quelques instants après son premier arrêt non programmé, il y a eu un jaune sur tout le parcours, ce qui a permis à de nombreuses équipes de ravitailler en carburant sans perdre de temps. Son accident à la fin était dû à un disque de frein surchauffé. »

Question : « Au début, le final de la saison avait bien commencé… »
Reliure : « C’est vrai. J’étais septième lors des essais libres et onzième lors d’une séance de qualification au cours de laquelle j’avais un sous-virage de trop. Cependant, il faut aussi admettre que sans les départs à la retraite, une huitième place au maximum aurait été possible. Et c’est tout simplement trop peu pour nous à moyen terme ».

Question : « On a longtemps supposé que Ligier serait autorisé à améliorer à un moment donné par rapport à leurs rivaux Oreca, mais cela n’a jamais été autorisé par les règlements. A quoi attribuez-vous cela ? »
Reliure : « En 2021, toutes les équipes soutiennent Oreca, même si personnellement j’aurais préféré une classe LMP2 avec trois fabricants de châssis, c’est-à-dire Oreca, Ligier et Dallara. Mais je pense qu’au moment où un partenariat a été décidé entre Oreca et l’équipe d’usine LMP1 de Toyota, cette bataille inégale était déjà décidée. »

Question : « Allez-vous rester dans les courses d’endurance et aussi dans la compétition Inter Europol la saison prochaine ? »
Reliure : « Il y a encore quelques questions ouvertes, mais il y a beaucoup à dire sur la poursuite de notre partenariat. L’équipe s’est énormément développée cette saison et fera un grand pas en avant avec une voiture compétitive. Je m’attends à la même chose pour moi personnellement.

Question : « Et en plus de cela, la promotion au championnat du monde d’endurance (WEC) où Inter Europol concourra l’année prochaine ? ».
Reliure : « Peu importe pour moi que ce soit dans un championnat du monde ou un championnat d’Europe. J’ai juste besoin d’une voiture compétitive et de deux bons coéquipiers, alors beaucoup de choses sont possibles. Quoi qu’il en soit, je reste confiant et j’espère que je pourrai continuer à maintenir mon taux d’erreur aussi bas qu’avant. Parce que c’est ce qu’est ce sport. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *