Deux jeunes étoiles brillent dans une victoire LMP2 très disputée

Deux jeunes étoiles brillent dans une victoire LMP2 très disputée

IMSA



Deux jeunes étoiles brillent dans une victoire LMP2 très disputée

(RacingNews.fr) – Era Motorsport célèbre la victoire de la catégorie LMP2 aux 24 heures de Daytona cette année (compte-rendu détaillé de la course). Deux jeunes talents, Christian Rasmussen et Connor Zilisch, étaient au départ et ont su convaincre. « Je pense que chaque victoire que j’ai remportée m’a semblé plus spéciale, donc celle-ci est cool. Les deux garçons, Christian et Connor, ont été de véritables héros pour nous », se félicite son coéquipier Ryan Dalziel.

Christian Rasmussen et Connor Zilisch ont été convaincants
Zoom

« J’ai le sentiment que Dwight [Merriman] et moi avons simplement fait notre travail aujourd’hui, et à la fin j’ai abandonné mon dernier relais parce que j’avais le sentiment que ces deux gars étaient les plus forts ce jour-là, et je voulais m’assurer que nous donnions le meilleur pour le dernier relais », admet Dalziel.

Zilisch, 17 ans, qui avait jusqu’à présent surtout couru en Mazda MX-5 Cup, participait à sa toute première course IMSA. Rasmussen, 20 ans, a déjà de l’expérience dans la série Indy-NXT. Le Danois a participé à sa première course IMSA lors de la saison 2022, déjà à l’époque au volant d’une LMP2-Oreca d’Era.

Rasmussen a également effectué le dernier relais de la course et s’est imposé avec six secondes d’avance sur son compatriote Malthe Jakobsen dans l’APR-Oreca #04. « Il y avait probablement quatre voitures qui auraient eu le rythme pour la victoire à la fin, mais je pense que nous et la voiture Crowdstrike avions un peu plus de rythme à long terme », résume Dalziel.

Le Britannique a de l’expérience à Daytona : il a déjà fêté la victoire de la catégorie LMP2 en 2021, et même la victoire finale en 2010. « Je pense que nous avons surtout joué un peu au jeu », explique Dalziel. « Parmi les LMP2, nous avions probablement le plus d’appui, ce qui fait que nous étions un peu des cibles faciles quand quelqu’un nous dépassait ».

« Mais quand nous avons pu rattraper cette seconde et demie ou deux secondes, l’effet de souffle dans la voiture LMP2 était de presque dix kilomètres par heure. Une fois que nous étions devant, nous avons pu contrôler un peu le rythme dans l’infield », révèle le triple vainqueur de Daytona. « C’est tout simplement une bonne journée ».

Du suspense jusqu’à la dernière minute

La dernière phase jaune, à environ 30 minutes de la fin de la course, a encore mis le quatuor en difficulté. L’avance d’environ 15 secondes a alors été perdue. « Alors bien sûr, tout cela a disparu. Mais je me sentais plutôt en sécurité », a déclaré Rasmussen, qui a dû encore tout donner pour s’imposer face à Jakobsen.

« Ils étaient définitivement la voiture qu’il fallait battre pour nous », dit le Danois. « En fait, ils ont été les plus proches tout au long de la course ». Avant la phase jaune, Rasmussen était déjà en train de se détacher progressivement. « Je savais donc que nous avions le rythme pour y arriver ».

Le quatuor Era a pu exulter après 24 heures Zoom

 » Il s’agissait juste de partir du départ, ce que j’ai bien réussi, puis j’ai pris deux secondes d’avance et à partir de là, j’ai réussi à le faire d’une manière ou d’une autre « , conclut le Danois de 20 ans, satisfait.

Les débuts de Zilisch en IMSA sont impressionnants

Zilisch n’a pas été étranger à la victoire d’Era en LMP2. Il a certes fait une petite sortie de route au début de la course dans le virage 6, mais il a convaincu pendant la nuit avec des temps au tour impressionnants et un duel passionnant avec l’expérimenté Jakobsen.

« J’étais assis dans le box et je n’ai même pas pu regarder la course, tellement c’était angoissant », a déclaré Zilisch en parlant des derniers tours de la course. « J’avais une confiance totale en Christian. C’est un dur à cuire, très honnêtement ».

« Quand il est sorti de la voiture, il m’a dit qu’il était complètement détendu. Quand je suis monté dans la voiture, j’ai tremblé », révèle le jeune homme de 17 ans. « Je ne sais pas pourquoi, ça ne m’arrive jamais vraiment, mais avant le dernier relais, quand j’ai fini par faire un double relais devant Christian, c’était angoissant ».

« Cela a été quelques semaines sauvages pour moi, et cela ne va pas me rendre trop confiant. Je dois encore travailler dur. Je n’ai que 17 ans », rappelle Zilisch, qui s’amuse : « Quelqu’un m’a dit que je devais prendre ma retraite. J’ai un taux de réussite de 100 %, c’est donc à moi de décider. J’espère que j’ai encore une longue carrière devant moi, et ce n’est que le début ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *