Souvenirs du "recteur furieux

Souvenirs du « recteur furieux

WEC



Souvenirs du "recteur furieux

(RacingNews.fr) – Le pilote italien de voitures de sport Nino Vaccarella est décédé à l’âge de 88 ans. L’Italien était l’un des pilotes de voitures de sport les plus performants de son époque, dans les années 1960 et 1970. Il est surtout connu pour ses trois victoires à la Targa Florio, où il a inspiré à la population un patriotisme local rarement vu.

Nino Vaccarella est décédé à l’âge de 88 ans dans sa Sicile natale.
Zoom

Le nom du Sicilien pouvait être lu sur le mur de chaque maison pendant les courses. Lors de ses trois victoires en 1965 (Ferrari), 1971 et 1975 (toutes deux pour Alfa Romeo), l’état d’urgence règne au sein de la population.

Vaccarella est surnommé le « proviseur fou ». Sa famille possédait une école publique en Sicile. Après sa carrière, il a repris son métier d’enseignant avec tout le naturel du monde. C’est pourquoi on le qualifie également de « professeur le plus rapide de tous les temps ».

Dans son livre « Piloti, che gente », Enzo Ferrari le décrit comme un pilote « fougueux » : « Alors que de l’extérieur, il semblait calme et contrôlé, on pouvait sentir le feu et la passion de sa patrie brûler en lui. »

Souvenirs de Nino Vaccarella

Nino Vaccarella est décédé le 23 septembre 2021 à l’âge de 88 ans – Souvenirs du triple vainqueur de la Targa Florio et des 24 Heures du Mans en 1964

« Les routes de la Madonie ont parfaitement mis en évidence son talent de perfectionniste sur les parcours routiers. Il fallait quelque chose de spécial pour qu’il ne gagne pas, ou du moins pour qu’il ne soit pas dans le peloton de tête.

Le pilote d’usine Ferrari à 30 ans

Né à Palerme en 1933, Vaccarella a appris à courir dans la Fiat Abarth 1100 de son père en 1956, et a fait ses premières armes dans l’équipe privée de la Scuderia Serenissima qui alignait des voitures Ferrari. Il y réalise des performances tellement impressionnantes – notamment avec sa victoire à Enna Pergusa en 1959 – qu’il est intégré à l’équipe d’usine Ferrari en 1963.

Une fois sur place, il termine deuxième sur une 250P lors de ses débuts aux 12 heures de Sebring en 1963, aux côtés de Willy Mairesse et Lorenzo Bandini. Douze mois plus tard, il fait de même sur une 275P avec Lodovico Scarfiotti.

L’enthousiasme à la Targa ne connaissait aucune limite (ici, en 1971, lors de la deuxième victoire).

Cette victoire est suivie d’une victoire aux 1000 kilomètres du Nürburgring et du vrai grand triomphe aux 24 heures du Mans en 1964 dans une 275 avec Jean Guichet. En 1965, la première victoire à la Targa suit dans la 275 avec Bandini.

En 1970, sa dernière saison avec Ferrari, il enchaîne enfin avec une victoire à Sebring. Vaccarella et Ignazio Giunti ont conduit la plus grande partie de la course avant que Mario Andretti ne prenne le volant pour les 55 dernières minutes et remporte la victoire.

Retour à la salle du personnel après la troisième victoire au Targa.

La deuxième victoire au Targa a suivi en 1971, lorsque Vaccarella est passé chez Alfa Romeo pour le championnat du monde des constructeurs. Il remporte la victoire dans la T33/3 avec Toine Hezemans, ainsi qu’une troisième place à Sebring et une deuxième aux 1000 kilomètres de Zeltweg.

Vaccarella et Merzario ont essayé à nouveau avec Ferrari en 1973 mais ont abandonné Zoom.

Sa dernière victoire au Targa remonte à 1975, alors que la course ne comptait déjà plus pour le championnat du monde. Il partageait une Alfa Romeo T33/TT/12 avec Arturo Merzario. Après cela, il a décidé de raccrocher son casque et de retourner à l’enseignement.

Au cours de sa carrière, il a également pris quatre départs en Formule 1 en 1961, 1962 et 1965, assis dans une voiture de course différente à chaque fois : de Tomaso, Porsche et Lotus pour la Scuderia Serenissima, et une Ferrari d’usine lors du Grand Prix d’Italie 1965 à Monza.

Son meilleur résultat en Formule 1 a été obtenu dans une course hors championnat du monde. Il termine troisième de la Coppa Italia 1962 à Vallelunga sur une Cooper-Maserati de la Scuderia Serenissima.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *