D'où l'accident de Spa 2012 et l'interdiction de courir

D’où l’accident de Spa 2012 et l’interdiction de courir

Formule 1


(RacingNews.fr) – Rapide mais sujet aux erreurs, Romain Grosjean avait perdu cette réputation lorsqu’il était en Formule 1. Le Français était considéré, avec Pastor Maldonado, comme l’un des plus grands « crashkids » de son époque. Cette réputation, il la devait surtout à sa première saison complète de Formule 1 en 2012 chez Lotus – et à un tristement célèbre accident à Spa-Francorchamps.

Romain Grosjean, Fernando Alonso, Lewis Hamilton, Sergio Perez

Romain Grosjean a manqué de peu la tête de Fernando Alonso

Zoom

Car celui-ci avait valu à Grosjean sa dernière suspension en Formule 1 jusqu’à présent. Grosjean avait provoqué un crash en départ groupé en Belgique en 2012, impliquant, outre Grosjean, Fernando Alonso, Lewis Hamilton, Kamui Kobayashi, Sergio Perez et Pastor Maldonado.

Après quelques incidents précédents, la FIA en avait assez et a suspendu Grosjean pour la course suivante. Peu de temps après, le système des points de pénalité a été mis en place : avec douze points accumulés, on est automatiquement suspendu. Mais aucun pilote n’y est parvenu jusqu’à présent (vers l’aperçu actuel des points de pénalité).

Onze ans plus tard, Grosjean parle aujourd’hui de l’accident qui a marqué sa carrière. « Spa était une erreur », dit-il à formula1.com. « J’accepte la sanction, mais je pense qu’elle était beaucoup trop sévère ».

Fernando Alonso, sur la tête duquel la Lotus était passée à un cheveu à l’époque, lui aurait également envoyé un message pour lui dire que la sanction était trop sévère, alors que Grosjean s’était excusé auprès de l’Espagnol.

Grosjean peut aussi expliquer comment l’accident de Spa s’est produit. Le rookie a connu des débuts spectaculaires dans sa deuxième aventure en Formule 1, après avoir déjà participé à quelques courses en 2009 aux côtés d’Alonso chez Renault.

Kimi Räikkönen, Sebastian Vettel, Romain Grosjean, Christian Horner

Romain Grosjean a rapidement connu ses premiers succès en Formule 1 Zoom

Dès la première séance de qualification en Australie, il s’est classé troisième, puis a décroché son premier podium lors de la quatrième course à Bahreïn. Une victoire en course semblait même possible, mais à Valence, alors qu’il était en position prometteuse, l’alternateur s’est cassé.

« C’est allé presque trop vite », dit-il. « Après Valence, ça s’est dégradé parce que j’ai essayé de gagner au lieu d’accepter que parfois, même la quatrième, la cinquième, la deuxième ou la troisième place est assez bonne. Je voulais simplement gagner. Et je pense que c’est exactement ce qui s’est passé à Spa ».

Grosjean n’en est d’ailleurs pas fier, « mais ça fait partie du jeu », dit-il.

Après un crash, une spirale négative

Après sa suspension, rien n’allait plus pour Grosjean. Il ne parviendra pas à décrocher un nouveau top 6, mais c’est au Japon qu’il touchera le fond en envoyant Mark Webber dans un tête-à-queue au départ, ce qui lui vaudra d’être traité de « first-lap nutcase ».

« Ce n’était pas beau de la part de Mark », dit Grosjean. « Je veux dire, nous faisons tous des erreurs, et lui aussi en a fait. C’était dur ».


Galerie de photos : Accident au départ du Grand Prix de Belgique

Le Français, qui a admis plus tard avoir eu recours à une aide psychologique, explique qu’il était alors pris dans une spirale négative. Il voulait bien performer, mais s’est retrouvé sous une forte pression pour ne plus faire d’erreurs.

« Ils t’ont dans le radar. Tu es dans une situation dont il est presque impossible de sortir. C’est comme si tu étais dans une vague ou dans une machine à laver et que tu voulais en sortir », raconte Grosjean. « Et à chaque fois que tu veux en sortir, tu es à nouveau aspiré ».

Grosjean : « J’aurais dû gagner trois courses

Un an plus tard, Grosjean était pourtant dans la forme de sa vie : à la fin de la saison 2013, il est monté quatre fois sur le podium en cinq courses, de la Corée du Sud à Austin. Mais comme à ce moment-là, Sebastian Vettel enchaînait une série de neuf victoires consécutives, il n’a pas pu gagner.


Galerie de photos : Podiums de Formule 1 en dehors des trois premières équipes des 20 dernières années

Cela devrait rester ainsi jusqu’à la fin de sa carrière en Formule 1 en 2020. « Je n’ai jamais gagné une course », résume-t-il. « Mais j’aurais dû en gagner trois : Valence en 2012, le Nürburgring en 2013, quand la voiture de sécurité est arrivée à cause de la voiture de Jules Bianchi, et au Japon ».

A l’époque, Lotus aurait « paniqué » et copié la stratégie de Red Bull. « Si nous n’avions pas fait cela, nous aurions probablement gagné la course », explique Grosjean, qui était en tête jusqu’au premier arrêt au stand. « Il n’y a tout simplement jamais eu de Red Bull en panne avant moi. Mais c’est comme ça ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *