Les conducteurs qui ne respectent pas l'étiquette de qualification doivent s'attendre à des ennuis.

Les conducteurs qui ne respectent pas l’étiquette de qualification doivent s’attendre à des ennuis.

Formule 1



Les conducteurs qui ne respectent pas l'étiquette de qualification doivent s'attendre à des ennuis.

L’étiquette des qualifications, selon laquelle les pilotes sont censés rester dans l’ordre de la piste dans les derniers virages avant les tours de piste, a été remise sur le devant de la scène en Autriche le week-end dernier après une session Q2 désordonnée.

Un certain nombre de pilotes ont reculé pour essayer de créer un écart devant eux, mais d’autres pilotes n’ont pas été aussi patients et ont sauté la file d’attente – causant d’autres blocages.

C’est ce comportement qui a déclenché l’incident où Sebastian Vettel a bloqué Fernando Alonso dans le dernier virage, s’attirant ainsi une pénalité de trois places sur la grille.

Vettel s’est exprimé sur la radio de l’équipe pour dire que la situation à l’approche des derniers virages ressemblait à un « carnage », et il a exprimé son agacement face à un certain nombre de pilotes qui sautaient devant lui.

Alors que certains ont demandé à la FIA d’intervenir et d’imposer des règles strictes et rapides, Ricciardo pense que les pilotes sont plus que capables de régler les choses eux-mêmes – et de sévir contre ceux qui ne se comportent pas bien.

« Je pense qu’à la fin de la journée, si quelqu’un a été un peu effronté et a profité de la situation que nous avons convenue, alors ce pilote ou ces pilotes devraient peut-être s’attendre à ce qu’un peu de merde leur arrive à un moment donné », a expliqué le pilote McLaren.

« C’est la décision et le choix qu’ils font, donc je suis heureux pour nous de régler ça à notre manière ».

Lire aussi :

Lando Norris, le coéquipier de Ricciardo, admet que la situation est extrêmement difficile, mais trouve injuste que ceux qui respectent l’accord soient souvent ceux qui se retrouvent dans des situations délicates avec le trafic.

« A certains endroits, tout va bien, et il n’est même pas nécessaire d’en parler, mais quand les gens ne veulent pas passer en premier, c’est là que le bât blesse », explique Norris. « Ensuite, vous avez des gens qui vous dépassent dans le dernier virage, et c’est ce qui fait tout foirer.

« Je ne sais pas si une règle doit être mise en place, mais peut-être que oui, car les gens peuvent se faire prendre sans raison. Pour avoir fait la bonne chose, ils peuvent se faire avoir et se faire prendre, ce qui n’est pas juste, à mon avis. Mais nous allons en parler lors du prochain briefing des pilotes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *