Pourquoi il était judicieux pour Williams de prolonger Logan Sargeant

Pourquoi il était judicieux pour Williams de prolonger Logan Sargeant

Formule 1


(RacingNews.fr) – Logan Sargeant continuera à courir pour Williams en Formule 1 en 2024 – une décision qui divise les esprits. Surtout quand on regarde les chiffres bruts : 22:0 en qualifications. 27:1 en points de championnat du monde. Sargeant a été dominé par son coéquipier Alex Albon lors de sa première saison en Formule 1.

Logan Sargeant

Logan Sargeant obtient une seconde chance en Formule 1 de la part de Williams

Zoom

Si l’on ne considère que les résultats, et c’est ce qui compte en Formule 1, il aurait été tout à fait compréhensible que Williams tire sur la corde et se sépare du jeune homme de 22 ans, qui a certes connu quelques lueurs d’espoir lors de sa saison de rookie, mais qui a été trop inconstant dans l’ensemble.

Mais il y avait aussi des arguments en faveur de Sargeant. La prolongation de son contrat a été une décision pragmatique, influencée par plusieurs facteurs. D’une part, le directeur de l’équipe James Vowles a joint le geste à la parole en soutenant publiquement le pilote engagé par son prédécesseur Jost Capito, mais aussi en lui donnant une seconde chance.

Vowles s’appuie sur des données qui montrent que le potentiel de Sargeant est très proche de celui d’Albon, considéré comme l’un des pilotes les plus remarquables de l’année 2023. La septième place de Sargeant lors des qualifications de Las Vegas montre de quoi il est capable lorsque tout se passe bien. De même, sur le circuit extrêmement difficile de Lusail au Qatar, il n’a été devancé que d’un dixième par Albon, et ce malgré la durée très courte des entraînements lors d’un week-end de sprint.

Peu de faits marquants, beaucoup d’erreurs

En fin de compte, ces moments forts ont été des échappées vers le haut. Ils ont été contrebalancés par quelques accidents retentissants et autres erreurs qui l’ont fait reculer, surtout en qualifications. La finale de la saison à Abu Dhabi en est un exemple. Le temps de Sargeant aurait suffi pour se qualifier pour la Q2. Mais comme ses deux tours rapides de Q1 lui ont été retirés pour cause de dépassement de la limite de la piste, il s’est retrouvé à la dernière place.

Mais un vieil adage dit qu’il est plus facile de rendre un pilote rapide plus constant que de rendre un pilote lent et constant plus rapide. Williams espère qu’avec une année d’expérience, Sargeant pourra s’appuyer sur les connaissances acquises lors de la saison 2024. Il a été encouragé par son équipe à contrôler les risques plutôt que d’écraser la voiture afin de pouvoir rivaliser avec un coéquipier plus rapide comme Albon.


Galerie de photos : Les pilotes de Formule 1 en 2024

Après sa percée lors des qualifications à Las Vegas, Vowles a déclaré : « La pire chose que l’on puisse faire est d’aller trop loin et d’écraser la voiture. Ensuite, on ne sait pas où est la limite et jusqu’où on doit reculer ».

« Il fait un travail incroyable. Il est probablement difficile d’expliquer au monde à quel point il fait bien son travail et à quel point il évolue. Mais quand on débute dans le sport en tant que rookie et que l’on a parcouru quelques centaines de kilomètres d’essais, il est vraiment difficile de trouver sa limite personnelle et celle de la voiture. Et il lui a fallu un an pour y arriver ».

« Mais maintenant, on voit les résultats et ça paie. Il a vraiment mûri au cours des dernières courses », poursuit Vowles.

Cela suit l’école de pensée de Franz Tost, qui a toujours dit qu’un jeune pilote a besoin de trois ans pour devenir un vrai pilote de Grand Prix, même s’il y a des exceptions comme Oscar Piastri. Mais c’est justement la comparaison avec l’Australien qui peut donner du courage à Sargeant. Lorsque les deux étaient coéquipiers en Formule 3 chez Prema en 2020, Sargeant n’avait que quatre points de retard sur Piastri à la fin de la saison. Williams espère qu’il pourra libérer encore plus de ce potentiel en 2024.

Un rookie pour un rookie ?

Et puis il y a le côté pragmatique de la décision. Qui devrait remplacer Sargeant ? D’un point de vue germanophone, le nom de Mick Schumacher vient immédiatement à l’esprit. Mais celui-ci n’a probablement jamais été un candidat sérieux pour Williams. Schumacher reste pilote de réserve chez Mercedes et court en parallèle dans le championnat du monde d’endurance pour Alpine.

Pour les pilotes du programme de relève de Williams comme Zak O’Sullivan et le vainqueur du Grand Prix de Macao Luke Browning, le pas vers la Formule 1 serait beaucoup trop tôt. Reste à jeter un coup d’œil sur les quatre pilotes qui ont terminé devant Sargeant en Formule 2 en 2022 : Felipe Drugovich, Theo Pourchaire et Liam Lawson. Mais tous trois sont liés à des équipes rivales avec Aston Martin, Sauber et Red Bull.

Mick Schumacher, Toto Wolff

Mick Schumacher reste pilote de réserve chez Mercedes Zoom

Red Bull n’aurait en aucun cas libéré Lawson, car il joue un rôle important en tant que pilote de réserve pour maintenir la pression sur Sergio Perez et les pilotes AlphaTauri Yuki Tsunoda et Daniel Ricciardo après sa performance impressionnante en 2023.

Dans le cas de Drugovich et Pourchaire, les champions de Formule 2 de 2022 et 2023, Williams aurait peut-être eu plus de chance. Mais au final, l’équipe aurait alors remplacé une recrue par une autre recrue. Avec le risque que le processus d’apprentissage et les erreurs de débutant qui en découlent recommencent. Et c’est la dernière chose dont Williams a besoin lorsqu’elle se bat pour chaque point.

Pas d’alternatives convaincantes sur le marché

Si un autre talent d’exception comme Piastri avait été dans les starting-blocks, cela aurait été un cas évident pour Williams. Mais de cette manière, Williams aurait « jeté » tout le travail effectué avec Sargeant et n’aurait eu aucune garantie que les choses s’améliorent nettement.

De plus, il n’est peut-être pas dans l’intérêt de l’équipe de prêter le junior d’une autre équipe pour qu’il se développe pour ses rivaux. Cela a fonctionné pour Russell, mais il a été prêté par Mercedes pour trois ans, de sorte que Williams a pu récolter elle-même les fruits lorsqu’il a marqué des points importants lors de sa troisième saison.

Mais comme un marché des pilotes bien plus intéressant se profile pour 2025 et au-delà, il n’aurait pas été très judicieux de repartir de zéro avec une autre recrue alors que d’autres options à long terme se présentent à la fin de l’année prochaine.

Sargeant se voit donc offrir une seconde chance que tout le monde ne pense pas mériter. C’est maintenant à lui de rendre à Williams la confiance qu’elle lui a accordée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *