"Comment peux-tu conduire une voiture comme ça ?"

« Comment peux-tu conduire une voiture comme ça ? »

Formule 3



"Comment peux-tu conduire une voiture comme ça ?"

(RacingNews.fr) – David Schumacher est peut-être originaire de Salzbourg, mais bien sûr, il court en sport automobile pour l’Allemagne, tout comme son père Ralf. En 2021, il attire pour la première fois l’attention internationale en remportant la deuxième des trois courses de Formule 3 à Spielberg (encore un lien avec l’Autriche…).

David Schumacher a remporté sa première course de Formule 3 à Spielberg.
Zoom

Schumacher, né en 2001 (et donc deux ans et demi plus jeune que son cousin Mick), est actuellement onzième au classement général parmi 35 pilotes. C’est une amélioration spectaculaire par rapport à sa saison de débutant en 2020, où il n’a pas terminé dans les points une seule fois en 18 courses (tout comme sa compatriote Sophia Flörsch, d’ailleurs).

Mais : le « quasi-manager et père » Ralf (c’est ainsi qu’il se décrit) reconnaît avoir fait « une énorme erreur avec le choix de l’équipe » en 2020 : « Malheureusement, nous y avons perdu une année. » Depuis que Charouz est passé au Trident, les choses vont beaucoup mieux, et le plus jeune rejeton de la dynastie des Schumacher commence lentement à se faire un nom.

Une raison suffisante pour demander un entretien au jeune homme de 19 ans. En marge du week-end DTM à Assen, nous avons parlé à Schumacher de l’année perdue à Charouz, de sa victoire à Spielberg et de son point de vue sur ce que fait son cousin Mick en Formule 1.

Question : « David, quel regard portez-vous sur votre deuxième saison complète en Formule 3 ? »
David Schumacher : « Je dirais que les deux premiers week-ends de course ont été assez difficiles. J’ai été malchanceux avec les accidents et les problèmes techniques, mais aussi moi-même je n’étais pas assez rapide en qualification. »

« Depuis ma victoire au Red Bull Ring, les choses vont mieux. Cela m’a enlevé beaucoup de pression de mes épaules. Maintenant, tout est beaucoup plus facile pour moi, j’ai plus de plaisir à courir et je peux agir plus librement. Cela fonctionne très bien depuis l’Autriche. »

Question : « La victoire au Red Bull Ring a donc été une sorte de percée. Était-ce juste une question de mental ou d’autres facteurs ont-ils joué un rôle ? »
Schumacher : « Je pense qu’il s’agit de deux choses. La plus grande amélioration a certainement été mentale. Mais il y a aussi eu une secousse dans toute l’équipe. Mes ingénieurs et mécaniciens savent maintenant : « Il peut le faire ! ». Ils donnent donc aussi tout ce qu’ils ont et font encore plus d’efforts. »

« Je ne dis pas qu’ils n’ont pas fait d’efforts auparavant, mais un tel sentiment de réussite peut bien sûr libérer de l’énergie. Mon ingénieur a pleuré de joie après la victoire à Spielberg. C’était sa première victoire en Formule 3, donc c’était une grande expérience ».

Question : « Ton père Ralf a dit il y a quelques semaines qu’il t’avait mis dans la mauvaise équipe l’année dernière. Est-ce que ça a été difficile pour vous ? »
Schumacher :  » C’était difficile car je savais que j’étais dans une voiture qui n’avait pas le potentiel pour rouler en tête. Mais bien sûr, personne ne peut le voir de l’extérieur. »

« Les gens pensent que tout le monde devrait conduire la même voiture et le même moteur et donc avoir les mêmes chances. Mais ce n’est pas comme ça. Du point de vue de la mise en place, chaque équipe peut faire ce qu’elle veut. Cette année, je me suis rendu compte que Charouz s’était complètement trompé dans les mises en place l’année dernière. Lorsque j’en ai parlé à mes ingénieurs actuels, leur réaction a été de dire : « Comment pouvez-vous conduire une telle voiture ? »

« La saison a été difficile. Mentalement aussi. »

Question : « En ce qui vous concerne personnellement, en quoi êtes-vous meilleur que l’année dernière ? »
Schumacher : « Je ne peux pas le dire. Ce que j’ai appris au Trident cette année est tout ce que je sais. Tout ce que j’ai appris à Charouz était pour le baril. C’est comme si c’était ma première saison en Formule 3. Tout ce que j’apprends est nouveau pour moi, très différent de l’année dernière. Je pense que j’ai beaucoup grandi à cet égard. »

Question : « La plupart des coureurs pensent que le format actuel du week-end est terrible et veulent revenir à l’ancien format ».
Schumacher : « Je suis tout à fait d’accord. Si vous êtes dans une bonne équipe, c’est un désavantage. Disons que vous vous qualifiez en deuxième position et que vous partez en onzième position lors de la première course. Alors vous pouvez soit risquer beaucoup, mais alors peut-être que si vous finissez quatrième, vous devrez repartir à l’arrière. C’est mauvais. Mais vous pouvez aussi dire, je vais rester en position, alors je partirai en deuxième position et je pourrai obtenir autant de points que possible lors de la prochaine course. C’est là que l’ancien système était un bien meilleur format. »

Question : « Et que dites-vous du calendrier ? Pour la Formule 3, ce n’est pas si mal, mais la Formule 2 a connu une pause de plusieurs mois. »
Schumacher : « Oui, c’est perturbé. Et aussi très malheureux que nous n’ayons que sept week-ends de course. Je préférerais avoir neuf week-ends par saison et plus d’essais libres qu’une troisième course. 30 minutes seulement, c’est bien peu pour apprendre une nouvelle piste ».

Question : « Quels sont vos projets pour 2022 ? Une autre année de Formule 3 pour consolider les performances, ou préférez-vous passer en Formule 2 ? »
Schumacher : « C’est une bonne question. Je pense que je vais y réfléchir en hiver. En tout cas, il n’y a rien à dire pour le moment. »

Question : « Mais quel est votre plan A, l’objectif personnel ? »
Schumacher : « Formule 1 ! »

Question : « Comment tu regardes ce que fait ton cousin Mick en Formule 1 ? »
Schumacher : « C’est difficile à dire. Haas a la pire voiture de la Formule 1 pour le moment, ce qui est à la fois une malédiction et une bénédiction. D’une part, Mick a suffisamment de temps pour se développer sans trop de pression. Personne ne fait attention à lui parce que la voiture n’est pas bonne de toute façon. Ça l’aide à apprendre, je suppose. Il n’a qu’à se soucier d’être plus rapide que son coéquipier, ce qu’il fait très bien jusqu’à présent. Je pense donc qu’il fait du bon travail. »

Question : « Parfois, ils sont assez proches… »
Schumacher : « Oui, Nikita est un conducteur agressif. Il était déjà en Formule 2 et en Formule 3, mais en Formule 1 la vitesse de pointe est un peu différente et il y a aussi beaucoup plus d’argent en jeu. Se battre aussi durement contre son propre coéquipier, ça n’a pas de sens et au final ça ne fait que coûter de l’argent à l’équipe. »

Question : « Quand vous dites que la Formule 1 est votre grand objectif, verrons-nous à nouveau deux Schumacher en Formule 1, comme par le passé ? ».
Schumacher : « Cela me rendrait heureux. Mais je suis quelqu’un qui vit dans l’ici et maintenant et qui ne pense pas trop loin dans le futur. »

Question : « Avez-vous déjà vu le nouveau film de Schumacher sur Netflix ? »
Schumacher : « Pas encore, pour être honnête. Je n’ai pas encore eu le temps. Mais j’ai entendu dire que la fin était assez triste. Je ne suis pas un fan des films tristes, mais je vais quand même regarder celui-ci, bien sûr. Je connais la plupart des choses que mon oncle a vécues dans le sport automobile. Je me suis aussi documenté sur beaucoup de choses. Donc je connais l’histoire. Mais je vais regarder le film. »

Cette interview a été publiée simultanément sur Motorsport.com Netherlands, un portail jumeau de RacingNews.fr sur le réseau mondial du sport automobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *