"J'ai cru que j'allais brûler !"

« J’ai cru que j’allais brûler ! »

Formule 3



"J'ai cru que j'allais brûler !"

(RacingNews.fr) – Paul Aron a provoqué une seconde de frayeur lors de la Coupe du monde de Formule 3 à Macao : le pilote Prema a violemment heurté les limites de la piste dans le virage de Paiol, ce qui a provoqué l’éclatement de son bolide en deux parties qui ont pris feu. « Quand j’ai vu les flammes, j’ai cru que j’allais brûler ! », explique Aron pour décrire le moment de choc qui a suivi l’accident.

Paul Aron a violemment frappé avec son bolide Prema
Zoom

L’Estonien était cinquième au moment de l’accident et se battait contre Pepe Marti (Campos), qui lui mettait une forte pression. « J’ai eu un petit contact avec le mur dans le virage avant l’épingle, mais ensuite la voiture semblait bien, alors j’ai continué », explique Aron à Motorsport.com les raisons de son accident.

« Au tour suivant, alors que je m’engageais dans la partie rapide du circuit, mon bras de suspension arrière droit a lâché et j’ai foncé droit dans le mur », explique le pilote Prema. « Après le crash, j’étais assez confus. Je ne savais pas ce qui s’était passé, car la voiture réagissait de manière très imprévisible, ce qui peut s’expliquer par le bras de suspension arrière. C’est arrivé si vite ».

« Je me suis déjà calmé et je vais bien », a déclaré Aron pour lever l’alerte. « Mais ma plus grande inquiétude concernait ma famille, car je savais à quoi cela ressemblerait de l’extérieur. Ils sont tous là, alors je ne voulais pas qu’ils s’inquiètent ».

Aron prend « un risque accru

« C’est Macao, ce genre de choses peut arriver et malheureusement, la panne s’est produite à l’un des endroits les plus rapides du circuit et là où les murs sont les plus proches ». Le jeune homme de 19 ans s’était élancé de la septième place sur la grille de départ et avait occupé un temps la troisième place après les abandons d’Alex Dunne (Hitech GP) et de Dino Beganovic (Prema).

Puis il a été dépassé à la fois par Dennis Hauger et Mari Boya (tous deux MP). Aron révèle que sa vitesse maximale insuffisante en ligne droite l’a obligé à prendre plus de risques dans les parties sinueuses pour rattraper le temps perdu.

Galerie de photos : Macau backstage : la course est si folle au paradis du jeu !

« Dès la première course, nous étions lents dans les lignes droites », rappelle le pilote Prema. « Cela aurait été bien de monter sur le podium, mais c’est toujours difficile quand on se bat avec la vitesse dans les lignes droites ».

« C’est une épreuve où l’on donne tout et si l’on manque de vitesse dans les lignes droites, il faut essayer de la rattraper dans les virages », tente Aron pour trouver une explication à son accident. « Cela peut être risqué, et après avoir frôlé le mur, cela pourrait être la raison de la panne, même si je n’en suis pas sûr ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *