Le retour de la Formule 3 est le résultat d'un "dur travail de réhabilitation".

Le retour de la Formule 3 est le résultat d’un « dur travail de réhabilitation ».

Formule 3



Le retour de la Formule 3 est le résultat d'un "dur travail de réhabilitation".

(RacingNews.fr) – Les images sont encore bien présentes : Juan Manuel Correa percutant la voiture accidentée d’Anthoine Hubert lors de la course de Formule 2 de Spa-Francorchamps 2019. Alors que l’Équatorien survit à l’accident gravement blessé, toute aide arrive trop tard pour Hubert. Après cet accident dramatique, Correa a dû subir de nombreuses opérations et une rééducation difficile. Deux ans seulement après l’accident, il revient en Formule 3 avec ART.

Juan Manuel Correa se réjouit de son retour en Formule 3
Zoom

« C’est une excellente nouvelle car personne ne s’attendait à ce que je revienne aussi vite après mon accident à Spa », a déclaré Correa dans un entretien avec Motorsport.com Italie. « Tout cela a été possible grâce au dur travail de rééducation que je fais depuis un an et demi. Mon objectif a toujours été de revenir à la compétition dès que possible. »

La clé de son succès a été que Correa a travaillé plus dur sur son rétablissement que ce que les médecins lui ont dit. « Tout s’est passé beaucoup plus vite », dit le jeune homme de 21 ans. « Je suis fier d’avoir pu faire cela. Ce come-back signifie vraiment beaucoup pour moi mentalement. Je l’ai fait pour moi et bien sûr, je l’ai fait pour Anthoine. Il s’agissait de clore ce chapitre de ma vie. »

Photo spread : minute de silence pour Anthoine Hubert

La route vers un retour à la compétition a été longue et semée d’embûches et de complications. Lorsque Correa a été emmené à l’hôpital, il s’agissait d’abord pour lui de « survivre ». Il se souvient : « Une fois que j’ai fait cela, l’étape suivante était de sauver ma jambe. Puis les mois ont passé et j’ai pensé à la façon dont ma vie allait changer mentalement et physiquement. »

Le retour, la grande motivation

« J’ai subi des blessures permanentes qui auraient pu mettre fin à ma carrière », explique le jeune coureur. « Personne ne croyait que je pourrais remonter dans une voiture – ni ma famille, ni les médecins. Je me suis demandé ce que je voulais faire du reste de ma vie et la course est ce que j’aime le plus. »

L’alternative : aller à l’université et vivre une vie « normale ». Mais cette option n’a jamais été réaliste pour Correa : « Je n’aurais jamais eu les mêmes sensations que celles que me procure la course. » C’est pourquoi l’Equatorien a travaillé dur pour le faire revenir dans un cockpit.

Correa a travaillé dur dans sa rééducation pour son retour Zoom

« Puis, quelques mois après l’accident, j’ai décidé que je voulais revenir à la course », a déclaré Correa. « J’ai utilisé cette décision comme une motivation pour mettre les difficultés après les opérations derrière moi – la douleur, la souffrance de perdre l’un de mes meilleurs amis, et le risque de perdre une jambe. »

Le monde du jeune homme de 21 ans a complètement changé « en quelques secondes » à Spa, dit-il, car il s’est soudainement retrouvé en fauteuil roulant. L’envelopper psychologiquement n’a pas été une tâche facile pour le talent émergent. « Même si tout le monde me disait que j’étais folle, j’ai trouvé la motivation pour me battre. Tout le monde pensait qu’il était impossible de revenir à la compétition après une période aussi courte. Je n’ai jamais écouté ces pensées négatives et je me suis dit que je pouvais le faire. »

L’accord avec ART

Correa concourra pour ART en Formule 3 lors de la saison 2021. Le jeune homme de 21 ans a eu son premier contact avec l’équipe en septembre 2020. « Lorsque j’ai informé l’équipe de mes projets, tout le monde pensait que je parlais de 2022. Mais j’ai alors expliqué que je voulais revenir dès 2021. Ils ont pensé que j’étais un idiot. »

Après tout, Correa était encore en fauteuil roulant à l’époque et il ne pouvait se déplacer à pied qu’avec des béquilles. Mais il a ensuite conquis l’équipe avec son plan et ses documents médicaux ainsi que ses évaluations. « Nous nous sommes rencontrés quelques jours plus tard à Paris et ils ont tout regardé. Ils ont aimé ma motivation et mon mordant. »

Quelques jours plus tard, Correa s’est assis pour la première fois dans un simulateur et a fait des tours de piste à Spa-Francorchamps. « J’ai choisi Spa pour montrer que je n’avais pas peur », a-t-il expliqué. « Je voulais montrer ma force mentale. La partie la plus difficile de l’accident a été d’accepter ce qui s’est passé. Mais ça aurait pu se passer comme ça sur n’importe quel circuit. Je voulais montrer que je pouvais à nouveau être fort sur la piste, même si ce n’était que dans le simulateur. »

Puis, en février 2021, Correa est remonté pour la première fois dans une vraie voiture de course. Sur le circuit Paul Ricard au Castellet, en France, il a fait quelques tours de piste dans une voiture de course GP3. « Le test s’est bien déroulé », a-t-il conclu. « Je dois encore travailler un peu sur ma préparation physique, notamment au niveau des muscles des jambes. J’avais mal, mais j’ai été surpris de pouvoir appuyer à fond sur l’accélérateur sans avoir à changer quoi que ce soit sur la voiture. »

Les essais sur une vraie piste dans une vraie voiture de course ont été un grand défi pour Correa. Par conséquent, il s’attend à devoir surmonter de nombreux obstacles différents au cours de la saison pour être en mesure de suivre le rythme. « J’ai choisi la Formule 3 parce que le championnat commence en mai et que cela me donne une chance d’être physiquement prêt pour la première manche. »

Faire le tour de l’arrière n’est pas une option

Correa a l’ambition d’être compétitif dès le départ. Il n’est pas question pour lui de se contenter de rester à l’arrière pendant la première moitié de la saison. « Ce sera toujours une année de transition, bien sûr, car je dois continuer à travailler sur ma rééducation pour améliorer ma qualité de vie. J’espère pouvoir courir à nouveau sans béquilles très bientôt. »

Terminer la première course de l’année sans problème majeur est déjà « une victoire » pour Correa, a-t-il déclaré. Pour l’instant, Correa ne souhaite pas formuler clairement un objectif, mais en tant que pilote de course, il espère naturellement « des pole positions et des victoires en course ».

Mais le nouveau système de la Formule 3 va-t-il mettre des bâtons dans les roues de l’Equatorien ? Après tout, il doit disputer trois manches pendant un week-end de course. Il déclare : « Je ne pense pas que ce sera un problème. J’ai fait beaucoup plus de kilomètres au Paul Ricard que lors d’un week-end de course et je n’ai pas eu de problèmes majeurs. »

La grande question est de savoir ce que l’avenir réserve à Correa. Après tout, il était déjà actif en Formule 2 et doit maintenant se reconstruire en Formule 3 après son accident. « J’ai obtenu deux podiums lors de mon année de débutant en Formule 2 », a déclaré Correa. « Mais je me concentre maintenant sur la nouvelle saison et je vois ce que je peux faire. Je regarde aussi comment les choses se passent avec la récupération de ma jambe. »

Correa considère la saison 2021 comme une préparation pour 2022, il n’exclut donc pas un retour en Formule 2. Comme tout pilote de course, le jeune homme de 21 ans a besoin du « soutien économique » des sponsors, car la Formule 2 n’est pas bon marché pour un pilote de course. « Mais on ne sait jamais ce qui va se passer », dit le pilote de course motivé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *