DS-Penske prêt pour le nouveau défi à Tokyo

DS-Penske prêt pour le nouveau défi à Tokyo

Formule-E



DS-Penske prêt pour le nouveau défi à Tokyo

(RacingNews.fr) – Ce week-end, la Formule E se rend pour la première fois au Japon. La série de courses électriques se rendra sur un circuit aménagé en périphérie de Tokyo. Il s’agit d’un circuit urbain temporaire. Les pilotes de DS-Penske, Jean-Eric Vergne et Stoffel Vandoorne, se retrouvent dans une configuration qui leur a été favorable à trois reprises la saison dernière, à savoir un circuit sur lequel personne n’a jamais roulé auparavant.

Un tout nouveau circuit attend les équipes de Formule E, dont DS-Penske, à Tokyo.
Zoom

La Formule E n’est pas seulement un sport dans lequel les deux coéquipiers d’une équipe doivent travailler ensemble pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs voitures. C’est aussi l’une des disciplines du sport automobile où l’expérience des pilotes est essentielle.

L’utilisation des bolides de formule à propulsion électrique nécessite la maîtrise de nombreux modes, une communication constante avec un ingénieur pour gérer l’énergie et même – ce qui n’est pas naturel pour un pilote – de couper les gaz au milieu d’une ligne droite pour recharger les batteries. Dans le cas contraire, la voiture risque de ne pas franchir la ligne d’arrivée parce qu’elle aura manqué d’énergie avant.

Et comme les circuits de Formule E sont généralement des circuits urbains temporaires, les équipes se retrouvent de temps en temps sur un circuit sans l’avoir jamais emprunté. C’est exactement ce qui va se passer samedi dans le quartier d’Odaiba, sur la baie de Tokyo.

Ce sera la première fois dans l’histoire de la capitale japonaise que les rues seront fermées à la circulation pour un événement de cette ampleur. La science très particulière de la course électrique et la préparation sur simulateur seront des facteurs décisifs sur la voie du succès.

DS-Penske en bonne position sur le papier

Avec l’unique double champion de Formule E – Jean-Eric Vergne, titré lors des saisons 2017/18 et 2018/19 – et le champion du monde 2022 – Stoffel Vandoorne – l’équipe franco-américaine DS-Penske dispose clairement de deux pilotes capables de mener à bien ce type de course. De plus, nous avons vu la saison dernière que les nouveaux circuits leur conviennent bien.

La victoire de Vergne à Hyderabad (Inde), son podium au Cap (Afrique du Sud) et la pole de Vandoorne à Sao Paulo (Brésil) ont fait de DS-Penske l’équipe qui a marqué le plus de points sur les nouveaux circuits du calendrier de Formule E 2023, devant Jaguar et Porsche, qui ont dominé toute la saison. Depuis le début de la saison 2024, les bolides DS-Penske préparés par DS Automobiles sont en train de combler l’écart avec leurs concurrents les plus redoutables.

En 2023, DS-Penske était la meilleure équipe sur les nouveaux circuits – en 2024 aussi ? Zoom

« A Sao Paulo, et plus généralement depuis le début de la saison, nous nous sommes bien comportés en qualifications », explique Stoffel Vandoorne. « C’est encourageant pour l’avenir et cela devrait nous donner confiance pour Tokyo, même si nous savons que rien n’est acquis en Formule E ».

DS-Penske a reproduit le circuit urbain de Tokyo dans son simulateur

Pour Eugenio Franzetti, directeur de DS Performance, où sont développées les voitures pour l’équipe DS-Penske, le travail des dernières semaines commence à porter ses fruits.

« Nous avons beaucoup travaillé sur la stratégie énergétique entre les courses de Diriyya et de Sao Paulo, et nous avons étudié de nouveaux domaines de développement pour nous préparer à Tokyo. Personne n’a jamais roulé sur ce circuit. Nous savons que notre expérience nous permettra de bien nous préparer à ce scénario », explique Franzetti.

« C’est à nous de saisir à nouveau cette opportunité et de la transformer en une qualification et une course solides. Nous avons montré que nous sommes encore plus compétitifs et constants cette année et que nous terminons souvent dans les points avec les deux voitures. Nous savons que nous avons sans aucun doute une chance. C’est maintenant à nous de faire le nécessaire », a déclaré Franzetti.

Eugenio Franzetti Zoom

Le circuit de Tokyo est long de 2,58 kilomètres et comporte 18 virages. Il y a trois longues lignes droites et une série de virages serrés. D’un point de vue énergétique, le circuit a déjà été créé virtuellement pour DS-Penske par le département technique de Stellantis Motorsport à Satory (près de Paris). Et les pilotes Vergne et Vandoorne l’ont déjà parcouru en simulateur.

A Tokyo, la première séance d’essais libres est prévue pour vendredi après-midi. Une autre séance d’entraînement suivra le samedi, ainsi que les qualifications et la course. Ce sera une grande première dans l’histoire du sport automobile au Japon et peut-être aussi pour l’équipe franco-américaine DS-Penske.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *