La forme de Rowland contre Buemi est la clé du choix du pilote FE

La forme de Rowland contre Buemi est la clé du choix du pilote FE

Formule-E



La forme de Rowland contre Buemi est la clé du choix du pilote FE

Rowland, qui a remporté une fois la course FE, quittera Nissan e.dams après trois saisons pour remplacer Alex Lynn chez Mahindra dans un contrat de plusieurs années, avec son compatriote Alexander Sims.

Le pilote de 29 ans s’est comparé favorablement à Buemi lors de son passage chez la marque japonaise, terminant à un point de son coéquipier expérimenté lors de sa deuxième campagne avec une première victoire à Berlin.

Alors que la forme de Nissan s’est affaiblie en 2021 et que Buemi a connu sa pire saison en FE, il a continué à impressionner avec des podiums à Puebla et Berlin pour terminer à seulement 22 points du champion Nyck de Vries au classement – bien qu’il ait commis quelques erreurs évidentes au cours de l’année.

Gill a déclaré que les prouesses de Rowland en qualifications et en course faisaient de lui un candidat idéal pour Mahindra, et qu’il formait un groupe solide pour l’équipe aux côtés du titulaire Sims.

« Nous cherchons à construire pour l’avenir et avec Oliver Rowland, nous avons l’un des meilleurs qualificateurs en Formule E », a déclaré Gill.

« Quand vous le regardez, même historiquement, il s’est mesuré à l’un des meilleurs pilotes de Formule E, qui est Sébastien Buemi.

« Je pense qu’Oliver s’est vraiment imposé au cours de ces trois années, où il a progressé. Nous avons une histoire ensemble, une histoire positive. Ce que nous regardons, c’est comme les compétences d’Oliver qu’il apporte en qualifications par exemple et la robustesse en course. »

« Nous devons aller de l’avant maintenant et mettre notre revendication sur le terrain et entre Alexander Sims et Oliver, nous n’allons pas concéder le moindre pouce à l’avenir.

« Je pense que c’est quelque chose de très important parce qu’en Formule E c’est assez mouvementé, ça devient assez frénétique dans les courses comme vous le savez, donc nous devons maintenir notre position.

« Nous avons une voiture qui, nous le savons, se qualifie en tête, et à partir de là, nous pouvons continuer notre progression. Je suis vraiment satisfait de ce que nous avons en ce moment avec les forces de nos deux pilotes, Alexander Sims et Oliver. »

Le triomphe de Lynn dans la deuxième des deux courses à Londres a mis fin à une sécheresse de victoire pour Mahindra qui remontait au E-Prix de Marrakech en janvier 2019.

Gill a crédité Lynn pour son rôle dans la résurgence de Mahindra, ayant rejoint l’équipe au milieu d’une saison 2019-20 difficile pour remplacer Pascal Wehrlein, parti chez Porsche.

« Si vous regardez les forces de Lynn, Lynn était un pilote fantastique dans notre équipe qui a vraiment contribué beaucoup », a déclaré Gill.

« Il est arrivé dans des circonstances assez difficiles au milieu d’une saison et tout de suite, lors des six courses à Berlin, il a été assez fort et a continué cette année.

« En même temps, nous avions une certaine période de contrat avec Lynn et nous l’avons traversée et nous lui souhaitons le meilleur pour la suite. »

Oliver Rowland, Dilbagh Gill, PDG et directeur de l’équipe Mahindra Racing.

Photo par : Mahindra Racing

Rowland : L’effondrement de Nissan n’a pas joué de rôle dans son départ.

Après avoir terminé deuxième de la DS Techeetah en 2019-20, Nissan était l’un des favoris pour détrôner la formation chinoise lors de l’avant-dernière saison de l’ère Gen2.

Mais la marque japonaise a connu une campagne sans victoire, l’introduction tardive de son nouveau groupe motopropulseur n’ayant pas répondu aux attentes, et elle a finalement terminé une place derrière Mahindra, à la 10e place du championnat.

À la question de savoir si un changement de fortune chez Nissan a joué un rôle dans sa décision de rejoindre Mahindra, l’équipe avec laquelle il a fait ses débuts en FE en 2015, Rowland a répondu :  » Je ne dirais pas ça. Pas vraiment.

« Bien sûr, quand vous prenez ces décisions, vous regardez la dynamique des équipes. Il est clair que Nissan a eu une bonne fin de saison 6 mais cela ne s’est pas concrétisé dans la saison 7.

« Cependant, si vous regardez la vitesse que nous avions, elle n’était pas mauvaise. Dans les courses, nous avons semblé lutter plus que ce que nous aurions dû faire. Mais de même, si je n’avais pas chuté à Londres avec Stoffel. [Vandoorne] même si j’ai eu une saison assez malheureuse, j’aurais été dans le top 3 du championnat.

« Je suis sûr que tout le monde a ces choses dont on peut se plaindre. Au final, les performances ont été raisonnablement correctes mais n’ont probablement pas répondu à nos attentes de la fin de la saison 6.

« Bien sûr, le momentum fait partie de ces décisions, mais je ne dirais pas que les performances de Nissan étaient meilleures que celles des gars de Mahindra l’année dernière, pour être honnête. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *