Acosta, la recrue du MotoGP, a vécu ces trois dernières années sous la pression des attentes.

Acosta, la recrue du MotoGP, a vécu ces trois dernières années sous la pression des attentes.

MotoGP


L’Espagnol n’a participé au championnat du monde que pendant trois ans, remportant le titre Moto3 dès ses débuts en 2021 avant de passer en Moto2, où il a remporté trois victoires en 2022.

L’année dernière, Acosta a remporté la couronne Moto2 et a signé avec l’équipe Tech3 GasGas, soutenue par KTM, pour passer en MotoGP cette année.

Acosta a fait l’objet d’une attention médiatique considérable depuis sa première année en Moto3, attention qui n’a fait que s’intensifier depuis qu’il est passé en MotoGP.

Interrogé par Autosport lors de l’événement de lancement de Tech3 2024, Acosta a répondu qu’il avait réussi à faire la part des choses entre cette attention et ses préparatifs pour 2024 au cours de l’hiver : « Le problème, c’est que depuis que j’ai commencé le championnat, ces points d’interrogation ou cette pression des médias ont toujours été présents.

« J’ai vécu ces trois dernières années avec la pression chaque jour de ma vie pour cela.

« Maintenant, c’est devenu quelque chose de normal, j’essaie juste de me concentrer sur moi-même et de prendre du plaisir à rouler. J’aime aussi aller en Autriche avec les gars de l’usine Pierer Mobility.

« J’essaie de me concentrer sur moi-même, car j’ai connu des moments difficiles dans le passé à cause des médias. J’apprends simplement à couper le son et à écouter ce que j’ai envie d’écouter.

Pedro Acosta, Tech3 GASGAS Factory Racing

Photo par : GasGas Factory Racing

Pedro Acosta, Tech3 GASGAS Factory Racing

Acosta va vivre sa première saison en MotoGP dans une année où la plupart des contrats d’usine sont remis en jeu pour 2025.

Bien que le contrat d’Acosta contienne une clause stipulant qu’il peut être libéré par KTM si cette dernière ne le promeut pas dans son équipe d’usine en 2025, il est pour l’instant « serein » quant à son avenir.

« Toutes ces questions sont gérées par mon manager [Albert Valera]Je ne sais rien », a-t-il déclaré à propos de son avenir.

« Je préfère être seul, concentré sur la conduite d’une moto qui, en fin de compte, parle d’elle-même.

« Je ne connais rien aux dates, je ne sais pas si le marché va bouger dans deux ou trois mois.

« Je suis tranquille avec KTM – je sais que si les décisions ne sont pas prises dans deux mois, elles le seront dans trois, quatre ou nous devrons attendre la fin de la saison.

« Je suis très calme à ce sujet. Je l’avais déjà compris, mais à Valence [in the November test] la vie m’a donné la raison que c’est ma place, et où je dois rester, à l’intérieur de la bulle KTM.

« Ce n’est donc qu’une question de temps, autant de mois qu’il faudra, pour décider de ce que nous ferons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *