"La composante mentale joue un rôle important".

« La composante mentale joue un rôle important ».

MotoGP


(RacingNews.fr) – Pour Jack Miller, la première moitié de sa première saison dans le team officiel Ducati n’a pas commencé et ne s’est pas terminée comme il l’avait imaginé. Entre les deux, il a toutefois réalisé plusieurs temps forts, et c’est pourquoi il peut se satisfaire de passer la pause estivale du MotoGP 2021 en tant que double vainqueur de la saison, à la cinquième place du classement.

Jack Miller

Jack Miller sait à quel point la tête est importante, surtout pour les sportifs professionnels

Zoom

Lorsque la saison a commencé avec deux courses consécutives au Qatar, fin mars et début avril, Miller n’a terminé que P9 dans les deux cas. Il avait terminé les essais de pré-saison au même endroit le plus rapidement. Lors des deux courses, cependant, il a été confronté à l’usure des pneus, au pilote Suzuki Joan Mir et, pour ne rien arranger, au phénomène de la pompe à bras.

Lors de la troisième course de la saison, le Grand Prix du Portugal à Portimao, Miller a chuté. Ainsi, après trois courses en tant que pilote d’usine Ducati, il n’avait que 14 points à son actif. Mais il y a eu ensuite deux victoires successives à Jerez et au Mans, grâce auxquelles l’Australien a pu sortir d’une petite baisse de forme.

Jack Miller

La première victoire de la saison, à Jerez au début du mois de mai, a été libératrice pour Miller. Zoom

P6 au Mugello, P3 à Barcelone et P6 au Sachsenring ont suivi avant que Miller ne termine la première moitié de la saison avec un autre accident au Grand Prix des Pays-Bas à Assen. Il a décrit l’accident à Assen immédiatement après comme « merdique » et « complètement inutile ». Mais il ne se laissera pas abattre pendant les vacances d’été, qui durent jusqu’au début du mois d’août.

« La composante mentale joue un rôle important », explique Miller, qui est passé une fois directement de la catégorie Moto3 à la catégorie MotoGP pour la saison 2015. En attendant, il sait : « Lorsqu’il s’agit de trouver une force mentale, vous pouvez apprendre de tout le monde, mais surtout des personnes que vous aimez côtoyer et qui vous donnent un sentiment positif. »

Miller cite d’abord « Aki », son manager Aki Ajo, « et mes parents » comme exemples de ces personnes qui l’entourent. Contrairement à Fabio Quartararo ou Pol Espargaro, par exemple, le jeune homme de 26 ans n’a pas consulté de psychologue dans un passé récent.

Jack Miller

« Profiter simplement de la moto » est l’une des devises les plus importantes de M. Miller. Zoom

« Je ne pense pas avoir besoin d’un psychologue du sport. J’ai essayé dans le passé. Je ne veux pas dire que c’était mauvais. Mais ce n’est pas non plus comme si j’avais besoin de voir quelqu’un comme ça chaque semaine. Je sais moi-même ce sur quoi je dois travailler », déclare M. Miller. Dans ce contexte, il admet toutefois que cette prise de conscience est venue « d’une conversation antérieure avec un psychologue du sport ».

Lequel ? « Simplement avoir la confiance en soi et la ferme conviction de sa propre force. Dans le passé, j’étais parfois même trop sûr de moi. En attendant, je pense avoir trouvé un bon compromis. Le plus important, c’est de prendre du plaisir à faire ce que je fais, c’est-à-dire conduire une moto », déclare M. Miller.

L’Australien n’a pas à s’inquiéter de l’avenir immédiat de toute façon. Tout comme son coéquipier italien Francesco Bagnaia, il est déjà confirmé dans l’équipe d’usine Ducati pour la saison MotoGP 2022. Vue d’ensemble : pilotes MotoGP confirmés pour 2022 et au-delà

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *