Mir est détendu malgré son plus mauvais résultat en qualifications MotoGP.

Mir est détendu malgré son plus mauvais résultat en qualifications MotoGP.

MotoGP


Le pilote Suzuki s’est vu refuser l’accès direct à la Q2 après une chute en fin de séance FP2 vendredi, et les conditions humides de la FP3 n’ont pas permis d’améliorer le temps au tour dans l’ordre combiné.

Mir et son coéquipier Alex Rins ont tous deux montré un bon rythme au début de la Q1 sur le mouillé, mais ont été rattrapés par un certain nombre d’améliorations tardives lorsque la piste a séché.

Mir pense qu’il a trop fait surchauffer ses pneus dans des conditions sèches, ce qui l’a empêché d’être en mesure de monter une charge finale sur les temps de Q2.

Mais comme il ne s’est qualifié qu’en neuvième et dixième position en 2021, il ne pense pas que partir de la 14e place soit un changement majeur par rapport à ses habitudes – mais il dit qu’il avait le rythme pour être plus haut sur la grille samedi.

« Globalement, ce n’était pas une mauvaise journée pour nous », a déclaré Mir.

« J’ai été en mesure de prendre plus ou moins le [correct] J’ai été capable de prendre plus ou moins le rythme de la FP4, et aussi de la FP3 sur le mouillé. Ensuite, en qualification, c’était pareil, j’étais fort sur le mouillé.

« Mais ensuite, dans les deux derniers tours, la piste a séché très vite et j’étais là avec les tendres et je pense que j’ai un peu surchauffé les pneus et ensuite je n’avais pas la bonne adhérence.

« C’est dommage parce que c’était une expérience pour le futur, c’est sûr, mais aujourd’hui j’avais la vitesse pour être beaucoup plus rapide. [further] devant.

« La course est comme ça, je pense… c’est toujours un problème de partir en 14ème, mais je pars toujours en 10ème, donc ce n’est pas un grand changement. »

Joan Mir, Équipe Suzuki MotoGP

Joan Mir, Équipe Suzuki MotoGP

Photo par : Gold and Goose / Images de sport automobile

Rins n’a pas fait mieux, le pilote Suzuki se qualifiant derrière Mir en 15ème position après avoir été gêné par une stratégie en Q1 qu’il estime « pas correcte ».

Il pense qu’il aurait été plus compétitif dans les derniers instants de la Q1 s’il avait pu passer au pneu humide arrière moyen, qui est plus performant que le tendre lorsque la piste sèche.

« C’est sûr, c’est une journée difficile au bureau », a déclaré Rins.

« Nous n’avons pas fait la meilleure stratégie. Dans ces conditions, c’est difficile de prendre de bons composés et tout.

« On a donc décidé de partir avec des pneus médiums à l’avant et des pneus tendres à l’arrière. [about] pour savoir quel était le moment pour s’arrêter pour changer de pneu, pour faire un arrêt.

« Mais sur la moto, je pensais plus à comment rouler plus vite qu’à quel pneu je devais mettre. C’est sûr que si on pouvait s’arrêter et mettre le medium à l’arrière, je serais en meilleure position.

« Mais, de toute façon, c’est ce que c’est. Nous devons penser à la course de demain et c’est tout. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *