Takaaki Nakagami a pleuré après avoir manqué le podium du MotoGP à Jerez

Takaaki Nakagami a pleuré après avoir manqué le podium du MotoGP à Jerez

Paddock



Takaaki Nakagami a pleuré après avoir manqué le podium du MotoGP à Jerez

Nakagami était confortablement le meilleur pilote Honda tout au long du week-end de Jerez, sa forme ayant été améliorée par le passage à un châssis plus ancien lui donnant plus d’adhérence à l’arrière.

Le pilote japonais s’est qualifié en cinquième position et s’est frayé un chemin jusqu’à la quatrième place dans les derniers tours de la course de Jerez, mettant la pression sur Franco Morbidelli de Petronas SRT, troisième, grâce à un rythme soutenu dans les derniers tours.

Cependant, Nakagami n’a pas réussi à s’imposer, ce qui lui laisse des sentiments mitigés, même s’il est « fier » de son résultat.

« Je suis content de moi, la course était assez difficile et les 25 tours étaient délicats », a-t-il déclaré. « Mais d’un autre côté, je suis très fier et vraiment heureux de la performance.

« Le rythme de la course était vraiment rapide mais nous avons pu garder le rythme. [I had] Un très bon feeling sur le vélo du début à la fin.

« J’étais vraiment, vraiment proche de la P3, ce qui est un podium. Sentiments mitigés après la course.

« Après la course, je criais. 50% je suis fier, vraiment heureux, mais 50% j’étais… pas déçu, je ne sais pas comment expliquer ce que je ressens.

« Quand je suis arrivé dans le box, je pleurais parce que j’ai commencé à penser au premier podium qui était là. Je suis un peu déçu mais c’est la course.

« Mais je suis heureux. Nous sommes revenus à notre position et P4 est un bon résultat pour nous.

« Nous savons maintenant que nous avons du rythme, nous avons une bonne vitesse. Donc, j’ai hâte d’être au Mans. »

Lire aussi :

Nakagami a réussi à se hisser à la quatrième place en dépassant Aleix Espargaro de l’Aprilia dans le virage à droite de Sito Pons, mais les deux pilotes ont eu un léger contact.

Nakagami a expliqué son dépassement : « J’étais derrière Aleix pendant plusieurs tours et je me demandais où je pouvais dépasser.

« Chaque tour, je pensais passer à l’intérieur du dernier virage, mais après le virage 12, il y avait toujours une certaine distance entre moi et Aleix. [between us].

« Puis j’ai vu Fabio [Quartararo] commencer à baisser son temps au tour, puis aussi Aleix commencer à aller quelques dixièmes plus lentement.

« Puis j’ai réalisé que c’est le point et si je rate ce point, Mir va venir et commencer une grosse bagarre.

« Donc, j’ai fermé les yeux et j’ai essayé d’aller à l’intérieur au virage 4 et au virage 5 j’ai essayé de fermer la porte. Il a essayé de rester à l’intérieur et on s’est touché.

« Sur ma combinaison en cuir, vous pouvez voir sur l’épaule droite une grande marque noire parce que son pneu avant a touché mon bras droit. Mais c’était un bon mouvement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *