Ce que la décision de Kalle Rovanperä de travailler à temps partiel signifie pour le championnat du monde des rallyes

Ce que la décision de Kalle Rovanperä de travailler à temps partiel signifie pour le championnat du monde des rallyes

WRC



Ce que la décision de Kalle Rovanperä de travailler à temps partiel signifie pour le championnat du monde des rallyes

(RacingNews.fr) – Peu après la fin de la saison 2023 du Championnat du monde des rallyes (WRC), les cartes ont été complètement redistribuées pour l’année prochaine. La décision de Kalle Rovanperä de ne plus courir qu’à temps partiel en 2024 soulève des questions sur le sport et sur son avenir personnel, même si le Finlandais compte revenir à fond en 2025.

Kalle Rovanperä ne participera qu’à des rallyes isolés en 2024
Zoom

Les spéculations selon lesquelles Rovanperä ne roulerait plus à plein temps en 2024 sont apparues après le Rallye d’Europe Centrale le mois dernier, où le jeune homme de 23 ans est devenu le sixième pilote seulement de l’histoire du Championnat du monde des Rallyes à défendre son titre.

Une telle décision semblait impensable, mais plus le Finlandais expliquait les raisons de sa pause, plus cette décision semblait judicieuse à ce stade de sa carrière. Depuis que la nouvelle a été annoncée, les internautes ont à la fois soutenu et critiqué la décision. Mais d’un point de vue extérieur, on ne peut jamais juger équitablement la décision d’une autre personne.

En premier lieu, il faut s’accrocher : Savoir quand il est temps de faire une pause est louable. Mais on ne peut pas non plus nier qu’au vu du jeune âge de Rovanperä, cette décision peut paraître étrange au premier abord, surtout si l’on considère que certains de ses concurrents courent en WRC depuis plus d’une décennie, année après année.

Cela ne donne certainement pas une bonne image du championnat du monde lorsqu’un si jeune champion fait une pause après quatre ans dans la catégorie reine parce qu’il se sent épuisé par la compétition. Il reste cependant à espérer que cela se traduise par quelques avancées positives pour le championnat.

La décision de Rovanperä a de nombreuses facettes et conséquences. La plus évidente est le grand vide qui s’ouvre dans la lutte pour le titre en 2024. Avec le champion du monde, qui ne fera qu’une demi-saison, et son coéquipier chez Toyota, Sébastien Ogier, ainsi que le pilote Hyundai Esapekka Lappi, qui ne courront également qu’à temps partiel l’année prochaine, le championnat se jouera de manière réaliste entre quatre pilotes à temps plein.

Les cartes de la lutte pour le titre complètement redistribuées en 2024

Le triple vice-champion du monde Elfyn Evans sera à la tête de l’équipe Toyota aux côtés de Takamoto Katsuta. Pour Evans, ce pourrait être la meilleure chance de remporter le titre et de devenir le troisième champion du monde britannique. En même temps, la pression augmente sur Katsuta, qui est désormais le numéro deux de Toyota.

Elfyn Evans est le grand favori pour le titre mondial 2024 Zoom

Reste à savoir comment Toyota répartira les engagements de Rovanperä et d’Ogier l’an prochain, notamment dans l’optique du classement des constructeurs. Si les deux se partagent la troisième voiture pour toute la saison, la grille de départ pourrait encore se réduire, Toyota ayant engagé quatre voitures dans huit des 13 manches cette année. Un scénario décevant, avec seulement huit voitures de Rally1 au départ, risque de se produire.

Comme M-Sport devrait engager une équipe junior, Evans et Katsuta seront défiés par le puissant duo Hyundai composé de Thierry Neuville et de la nouvelle recrue Ott Tänak, champion du monde 2019. Evans, Neuville et Tanak ont remporté sept victoires ensemble cette année, ce qui laisse théoriquement présager une lutte pour le titre passionnante.

Rovanperä pourrait-il finalement se battre pour le titre ?

D’un autre côté, cela souligne aussi le manque de pilotes de haut niveau capables de gagner des rallyes. Un problème auquel il faut s’attaquer, mais qui est aussi lié au manque de places dans la catégorie reine, lui-même dû au manque d’équipes et de constructeurs.

Galerie de photos : Tous les champions du monde des rallyes depuis 1979

Mais l’exemple d’Ogier cette saison montre que Rovanperä peut être un facteur dans la lutte pour le titre. Avec trois victoires, il est à égalité dans ce classement avec le champion du monde Rovanperä et le vice-champion du monde Evans, qui ont disputé toute la saison. Cela s’explique aussi par le fait qu’Ogier, en tant que pilote à temps partiel, avait souvent la meilleure position de départ le vendredi.

Cela pourrait également arriver à Rovanperä l’année prochaine. Il ne semble pas exclu que le Finlandais puisse se battre pour la victoire à chaque départ l’année prochaine. Si l’on se base sur l’incroyable constance dont Rovanperä a fait preuve cette année, la défense du titre ne semble pas totalement irréaliste – si tout se passe comme prévu.

Professionnel du rallye depuis longtemps malgré son jeune âge

La principale raison invoquée par Rovanperä pour expliquer sa retraite partielle est qu’il a besoin de « recharger ses batteries » après la lutte pour le titre de ces deux dernières années, qui l’a beaucoup sollicité mentalement. Une déclaration inquiétante compte tenu de son jeune âge (23 ans).

« Cela prend beaucoup de temps et d’énergie de faire ces saisons, et c’est définitivement la raison principale », a déclaré Rovanperä. « Nous sommes tout le temps sur les routes du monde entier, et quand vous vous battez tout le temps pour les championnats et les victoires, vous êtes mentalement en mode compétition toute la saison, et cela demande beaucoup de force et d’énergie ».

Kalle Rovanperä en voiture de rallye à huit ans

Rovanperä est sans aucun doute une superstar. Un talent qui n’existe qu’une fois par génération. Un talent qui a été encouragé dès son plus jeune âge, soutenu par son père, l’ancien pilote de rallye Harri Rovanpera. Une rapide recherche sur YouTube montre des vidéos dans lesquelles Kalle, âgé de huit ans, dérive sur la neige.

Et c’est justement ce qui joue un rôle décisif, car Rovanperä conduit depuis bien plus longtemps que son âge ne le laisse supposer – 15 ans en tout. Il a pris le volant d’une voiture WRC bien plus tôt que des légendes comme Ogier ou Sébastien Loeb.

« Pour Kalle, il ne faut pas oublier qu’à 23 ans, il est encore très jeune, mais en fait, il conduit des voitures de rallye depuis l’âge de huit ans, et je ne qualifierais pas son parcours dans la catégorie reine de professionnel, mais plutôt de semi-professionnel », explique Jari-Matti Latvala, le patron de l’équipe Toyota.

« À 17 ans, il était déjà professionnel. Cela signifie qu’il a déjà parcouru des milliers de kilomètres, alors que d’autres pilotes n’ont parcouru que des centaines de kilomètres à 17 ans. Kalle a déjà accompli énormément de choses et il est maintenant temps que son esprit se repose un peu afin qu’il ait de l’énergie pour les années à venir ».

Ce qui rend le WRC si éprouvant

Treize manches du championnat du monde peuvent sembler peu par rapport à une saison de Formule 1 de 24 courses en 2024, mais ce n’est pas pour rien que les pilotes du championnat du monde des rallyes sont souvent considérés comme les meilleurs du monde. Les rallyes se caractérisent par des horaires souvent brutaux, où les équipes roulent douze heures d’affilée dans des conditions extrêmes.

On attend des pilotes qu’ils gagnent des dixièmes de seconde par tous les temps sur des routes incroyablement difficiles et dangereuses qu’ils n’ont vues qu’une seule fois auparavant. Il s’agit d’une performance à couper le souffle, qui exige le plus haut niveau d’exigence mentale et physique. Les longues journées et l’analyse quasi ininterrompue des vidéos embarquées en coulisses ont un coût.

Ces longues journées ont été remises en question cette année, ce qui a incité les pilotes à demander un raccourcissement des rallyes. La proposition de réduire la distance minimale à 250 kilomètres afin de donner plus de flexibilité aux organisateurs fait partie d’une série de propositions visant à rendre les événements plus attrayants. La demande de Rovanperä devrait maintenant alimenter les discussions avant la réunion du Conseil mondial du sport automobile de la FIA le mois prochain.

Le caractère de Rovanperä fera également défaut

Le fait que Rovanperä ne participe qu’à la moitié des rallyes a bien sûr un autre côté. Le Finlandais est rapidement devenu l’un des pilotes les plus sympathiques du championnat grâce à son incroyable talent, mais aussi à son humour désopilant. Lorsque le Finlandais se déchaîne sur la Powerstage lors d’un de ses runs « full-end », cela fait partie des attractions du sport automobile mondial, et il serait dommage que cela ne soit plus le cas en 2024.

Ses interviews après les spéciales, ses remarques sur le fait de caresser les chiens entre les spéciales, ses remarques sur les grands noms du rallye comme Markku Alen ou sa comparaison du rallye avec Mario Kart – tout cela fait partie de sa personnalité.

Le championnat a besoin de telles personnalités pour gagner de nouveaux fans. Il est donc rassurant de savoir que la pause partielle de Rovanperä ne durera que jusqu’en 2024 et qu’il compte reprendre pleinement le championnat en 2025.

Si nous avons appris quelque chose de Rovanperä ces dernières années, c’est qu’il a mûri bien au-delà de son âge – il suffit de penser à sa victoire au Rallye de l’Acropole cette année. Sa récente décision de prendre un peu de recul s’avérera sans aucun doute une décision inspirée. Un Rovanperä rajeuni donnera du fil à retordre à ses concurrents en 2025.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *