Kyle Busch gagne après une fin de course chaotique

Kyle Busch gagne après une fin de course chaotique

Nascar



Kyle Busch gagne après une fin de course chaotique

(RacingNews.fr) – Kyle Busch (Childress-Chevrolet) a remporté la course des NASCAR Cup Series sur l’ovale de 1,25 mile du Gateway Motorsports Park qui, malgré une distance de course de « seulement » 240 tours, a duré au final plus de cinq heures et demie avant d’être décidée.

Troisième victoire de la saison pour Kyle Busch (Childress-Chevrolet)
Zoom

L’ovale situé dans la moitié de l’Illinois de la métropole de St. Louis, qui ne figure au calendrier de la NASCAR Cup que depuis 2022, a été le théâtre de divers défauts de freinage et d’accidents qui en ont résulté dimanche. La course a comporté trois phases rouges, la plus longue étant due aux conditions météorologiques. Elle a également comporté onze phases jaunes et une prolongation (overtime). (Photos : NASCAR à St. Louis)

Lorsque le drapeau à damier a été agité lors de la course marathon, qui n’était pas prévue comme telle, c’est le pilote parti de la pole position qui a pris l’avantage : Kyle Busch (Childress-Chevrolet). Il s’est imposé devant Denny Hamlin (Gibbs-Toyota) et le vainqueur de l’année précédente, Joey Logano (Penske-Ford). (Résultat : NASCAR à St. Louis)

La pole de Kyle Busch, obtenue lors des qualifications de samedi, est la première qu’il réalise pour Richard Childress Racing. Il s’agissait de sa première pole depuis trois ans et demi. La dernière fois qu’il avait remporté une séance de qualification au service de Joe Gibbs Racing, c’était en novembre 2019 à Phoenix (qui n’était pas encore la finale de la saison).

Dans le premier tour, Kyle Busch s’est battu en duel avec Ryan Blaney (Penske-Ford) pour la tête de la course. Au deuxième tour, la première des onze phases jaunes a eu lieu parce que Tyler Reddick (23XI-Toyota) a percuté l’arrière de Ricky Stenhouse (JTG-Chevrolet). Mais avant de reprendre la course à la vitesse de croisière, la course a été interrompue par un feu rouge.

La raison de la première des trois interruptions n’était pas la collision anodine entre Reddick et Stenhouse, mais un orage qui s’est déclaré à proximité du circuit. Aux États-Unis, la règle est la suivante : Chaque fois que la foudre tombe dans un rayon de huit miles (13 kilomètres) d’un événement en plein air auquel assistent des milliers de spectateurs, l’action est interrompue pendant une demi-heure.

Comme il y a eu plusieurs éclairs dimanche près du Gateway Motorsports Park, l’interruption de la course NASCAR a dû être prolongée à plusieurs reprises et a finalement duré 1h45 ! Mais ensuite, non seulement la course a repris, mais la distance complète de 240 tours, y compris trois tours supplémentaires, a été parcourue.

NASCAR 2023 : St. Louis

Les meilleurs moments de la course 15 sur 36 des NASCAR Cup Series 2023, l’Enjoy Illinois 300 au Gateway Motorsports Park de St. Louis !

Victoires de stage pour Kyle Busch et Ryan Blaney

Le premier segment de course (Stage 1) était extrêmement court, avec 45 tours. Le poleman Kyle Busch l’a dominé et gagné à sa guise. Lorsque le drapeau à damier de la Stage 1 a été présenté, Busch était en tête devant Ryan Blaney et devant Denny Hamlin.

Le deuxième segment de la course (Stage 2) était nettement plus long que le premier, avec 95 tours. Au cours de celle-ci, différentes stratégies ont été adoptées lors de l’arrêt de routine sous jaune. Cinq pilotes, dont le leader Ryan Blaney, n’ont eu droit qu’à deux pneus frais. Le reste du peloton a effectué un service complet avec quatre pneus frais.

Au drapeau à damier de la deuxième étape, Blaney était en tête. Mais à part lui, un seul autre a réussi à se hisser dans le top 10 après son arrêt avec deux pneus : Joey Logano, le coéquipier de Blaney chez Penske, septième. Pendant ce temps, Kyle Busch et Denny Hamlin ont pris la deuxième et la troisième place de ce deuxième segment de course après un arrêt avec quatre pneus.

Des disques de frein qui explosent et plus encore avant le virage 1

La décision a été prise lors du dernier segment de la course, qui était prévu pour 100 tours. A 66 tours de la fin, il y avait un jaune. La raison : un disque de frein a explosé sur la Toyota 23XI de Tyler Reddick, qui était remonté jusqu’au top 10 après son virage précoce, lors du freinage du virage 1. C’était le prélude à une fin de course perturbée.

Lors de la phase jaune qui suivit le crash de Reddick, Kyle Larson (Hendrick-Chevrolet) fut le seul dont la voiture fut laissée avec deux pneus neufs. Larson a donc pris la tête, mais la meute des pneus neufs a fait pression. Kyle Busch est passé le premier, récupérant ainsi le leadership qu’il détenait dans le premier segment de la course.

Un crash de Noah Gragson (Legacy-Chevrolet) a provoqué non seulement la septième phase jaune, mais aussi la deuxième phase rouge à 42 tours de la fin. La piste a dû être nettoyée dans la zone du virage 1, où Gragson a été heurté après l’explosion d’un disque de frein. Gragson s’en est tiré avec une belle frayeur.

Quelques minutes plus tôt, un membre de l’équipage du Legacy Motor Club avait été emmené dans un hôpital voisin pour y être examiné. L’homme, Thomas Hatcher, avait été renversé dans la voie des stands. Il est changeur de pneus, non pas sur la voiture de Gragson, mais sur la Legacy-Chevrolet d’Erik Jones, le coéquipier de Gragson.

Hatcher a été renversé par Austin Dillon (Childress-Chevrolet), qui a lui-même été impliqué dans un crash avec Ricky Stenhouse quelques minutes plus tard sur la piste. Ce n’est pas Stenhouse qui a déclenché la collision, mais un contact entre Dillon et Austin Cindric (Penske-Ford).

Revenons à l’action en tête : lors des trois redémarrages qui ont suivi la deuxième phase rouge de la course, Kyle Busch et Kyle Larson se sont livrés à un duel serré pour la tête. Busch, fort de son avantage en matière de pneus, s’est imposé.

Il y a même eu une troisième phase rouge, car la barrière SAFER du virage 1 devait être réparée après les différents impacts. Lors du redémarrage suivant, Kyle Busch a eu moins de mal avec Kyle Larson et n’a laissé planer aucun doute sur l’identité du leader qui allait aborder la phase finale absolue. Il restait 15 tours à parcourir, mais à cinq tours de la fin, le jaune a de nouveau fait son apparition.

Troisième victoire de la saison pour Kyle Busch – sprint final de Martin Truex Jr.

La raison de cette dernière phase jaune était à nouveau un défaut de freinage, dans ce cas sur la 23XI-Toyota de Bubba Wallace. La course a ensuite été prolongée de trois tours. Tout s’est bien passé lors du redémarrage en prolongation. Kyle Busch a conservé la tête. Et après trois phases rouges et onze phases jaunes, la course s’est effectivement terminée « déjà » avec trois tours de plus.

Alors que Kyle Busch a remporté sa troisième victoire de la saison après Fontana et Talladega, Kyle Larson a glissé de la deuxième à la quatrième position pendant les prolongations. Denny Hamlin et Joey Logano sont passés lors du dernier restart. Le top 5 de cette course mouvementée a été complété par Martin Truex Jr (Gibbs-Toyota).

Truex Jr. a effectué son dernier arrêt au stand plus tard que le groupe de tête afin de récupérer deux pneus frais pour la phase finale. Avec ces derniers, il est remonté de la 17e à la 5e position.

Le pilote Penske Ryan Blaney, parti de la première ligne, a terminé sixième, suivi de quatre pilotes qui ne sont apparus que brièvement ou pas du tout pendant la course : Daniel Suarez (Trackhouse-Chevrolet), William Byron (Hendrick-Chevrolet), Michael McDowell (Front-Row-Ford) et Kevin Harvick (Stewart/Haas-Ford).

Malchance pour le débutant Hocevar et le jubilaire Keselowski

Corey LaJoie, qui remplaçait Chase Elliott, suspendu, dans la Chevrolet Hendrick #9, a terminé la course à la 21e place. Pendant ce temps, la Spire-Chevrolet #7, habituellement pilotée par LaJoie, était cette fois-ci conduite par Carson Hocevar.

Pour Hocevar, il s’agissait de ses débuts dans la Cup, mais sans chance. Il lui est arrivé à l’étape 2 ce qui est arrivé à Tyler Reddick, Noah Gragson et Bubba Wallace à l’étape 3 : un problème de freinage avant le virage 1. Pour Hocevar, cela a signifié l’abandon et la dernière place au classement final (P36).

La course ne s’est pas beaucoup mieux passée que pour le débutant pour l’ex-champion Brad Keselowski. Pour lui, qui est copropriétaire de l’équipe de Jack Roush depuis 2022, il s’agissait de la 500e course dans la top ligue NASCAR. Il l’a terminée en 28e position dans le tour de tête après des problèmes techniques (cylindre défectueux). Entre-temps, Keselowski avait accumulé trois tours de retard en raison des problèmes de moteur.

La prochaine course du calendrier 2023 de la NASCAR Cup aura lieu dimanche prochain (11 juin) sur le circuit de Sonoma, dans l’État de Californie. Il s’agit de la deuxième des six courses en circuit du calendrier de cette année, l’une de ces six étant pour la première fois une course en ville : Chicago, le 2 juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *