Newman espère toujours avoir le cockpit à plein temps en 2022

Newman espère toujours avoir le cockpit à plein temps en 2022

Nascar



Newman espère toujours avoir le cockpit à plein temps en 2022

Newman espère toujours avoir le cockpit à plein temps en 2022 (19 août)

Ryan Newman n’a pas encore envie de prendre sa retraite en NASCAR
Zoom

La présente saison 2021 de la Coupe NASCAR sera la 20e de Ryan Newman à temps plein. Pour 2022, il doit quitter le cockpit de la Ford Mustang n°6 de Roush Fenway Racing. Brad Keselowski, qui vient de rejoindre l’équipe Roush en provenance de l’équipe Penske, prendra en charge la voiture de Newman. A l’occasion de cette annonce, qui a été faite fin juillet, Newman s’est vu promettre une saison à temps partiel dans une troisième Ford Roush pour 2022. Cependant, l’homme de 43 ans a en fait autre chose en tête.

« Je serais intéressé par une saison complète avec la bonne équipe et les bonnes personnes », aurait déclaré Newman à NBC Sports, ajoutant : « Mais je ne sais pas dans quelle mesure cela est possible l’année prochaine. Pour l’instant, je pense que tout le monde ne peut que spéculer sur les possibilités. »

Après que la saison 2020 de Newman ait été la pire de sa carrière avec une 25e place au classement général final, il est même descendu à la 26e place après 24 des 36 courses de la saison 2021 en cours. Mais contrairement à l’année dernière, le vétéran a participé à toutes les courses depuis le début de l’année. En 2020, Newman a dû manquer trois courses à la suite de son horrible accident au Daytona 500.

Kaulig Racing s’impose face à Hendrick Motorsports (18 août)

L’équipe de Matt Kaulig (à gauche) a gagné plus tôt que Hendrick Motorsports Zoom.

La victoire de A.J. Allmendinger dimanche dernier sur le circuit intérieur de l’Indianapolis Motor Speedway pour l’équipe à temps partiel Kaulig Racing n’est pas seulement l’une des plus grandes surprises de ces dernières années. Ce triomphe a également donné à l’équipe de Matt Kaulig un record dans les rangs des équipes NASCAR encore en activité. En effet, la première victoire en Coupe pour l’équipe a eu lieu lors de sa septième participation à une course. Aucune des 13 équipes actives n’a jamais remporté sa première victoire aussi tôt.

Jusqu’à dimanche, Hendrick Motorsports a mené la danse. La première victoire de Hendrick dans la division supérieure de la NASCAR a eu lieu lors de la huitième course, lorsque Geoff Bodine a triomphé à Martinsville le 29 avril 1984. Ce faisant, Bodine a non seulement évité la faillite imminente de Hendrick Motorsports. Cela a également marqué le début d’une série de victoires qui a depuis établi un record. Avec un total actuel de 274 victoires en Coupe, Hendrick est en tête de la liste des meilleures équipes de tous les temps. Cependant, le record de la victoire la plus précoce de toutes les équipes actives a été perdu dimanche par l’équipe de Matt Kaulig, qui coopère avec Richard Childress Racing.

Incidemment, Childress est l’équipe qui a mis le plus de temps de toutes les équipes actives de la Coupe à enregistrer sa première victoire. Il a fallu à l’équipe de Richard Childress 241 tentatives pour trouver la voie de la victoire. Ricky Rudd a remporté sa première victoire le 5 juin 1983 à Riverside, un circuit de l’État américain de Californie qui n’existe plus.

NASCAR et Indy sur la pierre (de taille) de la pierre d’achoppement (17 août)

Le virage à la sortie de la chicane d’Indy (à droite) a provoqué le chaos dans la course de la Coupe Zoom.

Outre le vainqueur surprise A.J. Allmendinger, le protagoniste de la première course de la Coupe NASCAR sur le circuit d’Indianapolis a été la bordure du virage 6. C’est précisément cette bordure placée à l’intérieur de la sortie de la chicane rapide de la ligne droite arrière qui s’est désintégrée en ses composants pendant la course. La raison en était que les wagons de marchandises lourds passaient constamment dessus. Le fait que la bordure se soit brisée a surpris non seulement les pilotes, mais aussi la NASCAR et le gestionnaire du circuit d’Indianapolis.

« Après le grand krach, le truc était pratiquement fichu. Nous n’avions pas d’autre choix que d’enlever la bordure « , a déclaré Scott Miller, chef adjoint de la course NASCAR, faisant allusion à l’accident de Joey Logano à cet endroit précis. Si la pierre proverbiale de la bosse a été enlevée, l’encoche dite « en saucisse » placée juste derrière est restée en place. Dès le tour suivant, Michael McDowell, sous le vert, a décollé de cette encoche. Cependant, il n’a pas été envisagé de supprimer cette encoche de saucisse. Miller explique pourquoi.

« Lorsque nous avons démonté la piste pour la course Xfinity l’année dernière, les pilotes nous ont demandé de mettre quelque chose à cet endroit parce que cette partie de la piste aurait été beaucoup trop rapide autrement. Les voitures auraient eu 15 à 20 miles par heure de plus avant le virage 7. Nous n’aurions pas pu le justifier », a déclaré M. Miller. Alors que la deuxième ligue NASCAR susmentionnée a déjà couru sur le circuit d’Indianapolis pour la première fois en 2020 et à nouveau cette année le samedi, c’était les débuts sur cette configuration de piste pour la ligue supérieure de NASCAR le dimanche.

Joey Logano le plus durement touché : voiture accidentée, pilote bien Zoom

Le fait que la bordure du virage 6 cède de cette manière a toutefois surpris même le directeur du circuit d’Indianapolis, Doug Boles. La série IndyCar utilise cette configuration exacte de la piste, y compris la chicane rapide et la bordure sinistre, depuis 2014, mais les pilotes IndyCar ne roulent pas sur la bordure à cet endroit aussi souvent que les pilotes NASCAR. Lorsque le débutant Scott McLaughlin a heurté cette bordure au premier tour de la course de samedi, il a fait voler sa voiture Penske.

« La bordure, qui s’est désintégrée en ses éléments constitutifs, est identique depuis que le circuit a été reconstruit en 2014. Il n’y a jamais eu de problème avec elle », a déclaré le directeur de la piste, M. Boles, ajoutant : « Néanmoins, nous avons examiné cette bordure après chaque session. Nous l’avons regardé dans la soirée [nach dem IndyCar- und dem Xfinity-Rennen] et à nouveau le matin. Il n’y avait aucun signe que quelque chose n’allait pas. C’était donc un peu une surprise pour nous quand il est revenu le matin. [Cup-]race il y avait ces problèmes. »

Le billet pour les play-offs est assuré à Hamlin grâce à Allmendinger (16 août)

Denny Hamlin est toujours en course pour les playoffs sans victoire et sans points d’avance sur Zoom.

Denny Hamlin était relativement posé après la première chaotique du circuit d’Indianapolis de la division supérieure de NASCAR, malgré qu’il ait été envoyé en tête-à-queue par Chase Briscoe alors qu’il menait dans l’avant-dernier tour. Ce n’est pas pour rien qu’Hamlin n’a pas pris le jeune homme à la gorge par la suite, mais qu’il a plutôt maintenu une conversation très civilisée entre les deux : bien qu’Hamlin n’ait terminé que 23e et qu’il n’ait toujours pas gagné cette saison, il a déjà obtenu son billet pour les play-offs en 2021. Il doit remercier A.J. Allmendinger pour ça. Pourquoi ?

Allmendinger a remporté la victoire dimanche après que Hamlin ait été renversé par Briscoe, et deux tours plus tard, Briscoe est également sorti de la piste et a terminé 26ème, avec un tour de retard. Mais comme Allmendinger n’est qu’un partant à temps partiel dans la saison 2021 de la Coupe, sa victoire ne compte pas pour les playoffs. En termes purement statistiques, il est déjà le 14ème vainqueur différent cette saison. Cependant, comme il est inscrit aux points de la série Xfinity (où il est certain d’accéder aux séries éliminatoires avec deux victoires cette saison), il reste 13 vainqueurs de la saison en Cup qui sont éligibles pour les séries éliminatoires.

Cela signifie qu’à deux courses de la fin de la saison régulière, Hamlin, qui n’a pas gagné, a déjà son billet pour les playoffs. La marge de points du pilote Gibbs est si importante qu’il ne peut plus être rattrapé. Même dans l’éventualité où le Michigan (22 août) et Daytona (28 août) verraient deux nouveaux vainqueurs de la saison inscrits pour les points de la Cup, Hamlin, alors 16e au classement, serait en sécurité dans le top 16 et donc dans les playoffs.

De plus, si Hamlin parvient à combler l’écart de 22 points qui le sépare de Kyle Larson lors des deux prochaines courses, il aura encore 15 points de bonus pour les playoffs en tant que champion de la saison régulière. S’il n’y parvient pas, il sera toujours dans les playoffs. Cependant, Larson emporte les 15 points de bonus dans la lutte pour le titre.

All-Star Race également à Fort Worth en 2022 (13 août)

NASCAR All-Star Race : 2021 pour la première fois à Fort Worth au Texas, 2022 à nouveau Zoom

Il est vrai que le calendrier des courses pour la saison 2022 de la Coupe NASCAR, la première avec la voiture nouvelle génération, n’a pas encore été publié. Mais un détail est déjà certain. La course All-Star, qui n’est pas un championnat, se tiendra à nouveau l’année prochaine, après 2021, sur le Texas Motor Speedway à Fort Worth. Le site officiel de la piste de course fait déjà de la publicité pour les spectateurs, bien qu’il n’y ait pas encore de date pour la course.

En 2021, la All-Star Race s’est tenue pour la première fois à Fort Worth, après avoir été organisée une fois à Bristol en 2020. À part cela, l’édition 1986 à Atlanta a été la seule autre à s’écarter du Charlotte Motor Speedway. Charlotte a accueilli la toute première All-Star Race en 1985, puis chaque année de 1987 à 2019.

Le retour de Johnson est possible avec une « bonne offre » (12 août)

Jimmie Johnson n’exclut pas de piloter à nouveau en NASCAR si l’occasion se présente Zoom

Jimmie Johnson, qui mange un pain dur en tant que rookie en IndyCar, peut imaginer un retour dans le cockpit de la NASCAR pour des courses uniques dans certaines circonstances. Puisqu’il conduit pour Chip Ganassi Racing dans les IndyCar Series, il aurait été évident de conduire une troisième voiture dans l’équipe NASCAR de Ganassi de temps en temps. Mais l’équipe à deux voitures sera entièrement vendue à Trackhouse à la fin de l’année. Néanmoins, Johnson n’exclut pas un retour en NASCAR lors de certaines courses. « Le téléphone n’a cessé de sonner. Il y a un certain intérêt de la part d’autres équipes de NASCAR », a déclaré Johnson dans une interview récente avec le journal Charlotte Observer.

Hendrick Motorsports, l’employeur de longue date de Johnson en NASCAR, n’est pas directement concerné par le retour de l’homme de 45 ans. Les quatre pilotes réguliers actuels (Kyle Larson, Chase Elliott, William Byron, Alex Bowman) sont tous confirmés pour 2022. Une cinquième voiture peut être engagée par une équipe dans certaines courses, mais seulement pour un débutant. C’est exactement de cette manière que Chase Elliott a conduit ses cinq premières courses de Cup dans la Chevrolet #25 de Hendrick lors de la saison 2015 avant de prendre la Chevrolet #24 de Hendrick en remplacement de Jeff Gordon à temps plein pour 2016.

« J’aimerais que les règles permettent à Hendrick de faire rouler une cinquième voiture, parce que j’adorerais retourner chez Mister Hendrick pour courir dans une de ses voitures encore une fois », admet Johnson. Mais cela ne se fera, si tant est que cela se fasse, que sous la forme d’une coopération avec une autre équipe. Outre Ganassi (uniquement jusqu’à la fin de l’année), JTG Daugherty Racing et Spire Motorsports ont actuellement des alliances techniques avec Hendrick Motorsports. Johnson, en tout cas, n’exclut rien, y compris un passage dans une éventuelle course de ville en NASCAR. « Si je recevais une bonne offre, je l’envisagerais sérieusement », dit-il.

Anniversaire de la course de sabotage à Talladega (11 août)

« King » Richard Petty a remporté la course Scandal à Talladega le 11 août 1974 Zoom.

Le Talladega 500 de la saison 1974 de la Winston Cup est l’une des courses les plus scandaleuses de l’histoire de la NASCAR. Il y a exactement 47 ans aujourd’hui, 48 voitures se sont affrontées sur le Talladega Superspeedway (alors Alabama International Motor Speedway). Mais environ la moitié du peloton a été sabotée dans les stands le matin du jour de la course.

En conséquence, 18 voitures n’ont pas terminé la course en raison de défauts dans le seul environnement moteur (panne de moteur, surchauffe, conduite d’huile ou allumage). Les autres raisons de la défaillance, qui a touché quatre autres voitures, étaient des défauts dans les freins, l’embrayage ou la direction. Certaines voitures ont terminé malgré le sabotage car NASCAR a demandé un avertissement en début de compétition pour donner aux équipes une chance de réparer en raison des circonstances exceptionnelles.

La course scandaleuse a finalement été gagnée par Richard Petty. En route vers le cinquième de ses sept titres NASCAR, le « King » a battu de justesse son rival de toujours, David Pearson, dans un photo finish, y compris par touches. Au fait, une seule voiture sur les 48 participants a dû abandonner en raison d’un accident sur le circuit à forte inclinaison …

Deux Européens conduisent les courses Xfinity à Indianapolis (10 août)

Le Suisse Giorgio Maggi, 23 ans, fait ses débuts en NASCAR aux États-Unis Zoom

Deux pilotes européens de NASCAR participeront à la course Xfinity de samedi prochain sur le circuit de l’Indianapolis Motor Speedway. Aux côtés de Loris Hezemans, Giorgio Maggi fera ses débuts en NASCAR aux Etats-Unis. Alors que Hezemans, le champion d’Euro-NASCAR 2019, participera déjà à sa troisième course Xfinity en 2021, le NASCAR américain est un nouveau territoire pour Maggi.

Maggi, qui prendra en charge la voiture n° 42 de MBM Motorsports, est le premier Suisse à avoir participé à une course dans l’un des trois championnats nationaux de NASCAR. Il déclare : « C’est toujours difficile à croire car cela semble tellement surréaliste. Je suis entré en contact avec le NASCAR il y a deux ans et, honnêtement, je n’avais aucune idée de ce type de sport automobile. Maintenant, je vais être au milieu de tout ça ! »

Le pilote de Hergiswil a 23 ans et a déjà acquis de l’expérience dans l’ADAC GT Masters, le NLS (anciennement VLN) et la Formule 4. En 2019, il intègre les NASCAR Euro Series et prend immédiatement la deuxième place au classement général du championnat des jeunes pilotes et des gentlemen drivers. Comme Hezemans, il part pour l’équipe néerlandaise Hendriks Motorsport.

Elliott en colère contre « trop d’erreurs » (9 août)

Après deux victoires précédentes à Watkins Glen, battu cette fois : Chase Elliott Zoom

Hendrick Motorsports a remporté une double victoire au Go Bowling at The Glen à Watkins Glen dimanche. Comme il l’avait fait à Sonoma début juin, Kyle Larson s’est imposé devant son coéquipier Chase Elliott. Alors que Larson est parti de la quatrième place sur la grille, Elliott avait beaucoup plus de travail à faire. Les déflecteurs d’air de la lunette arrière n’étant pas conformes aux règles de la NASCAR, Elliott (en fait P11 sur la grille) a été relégué en queue de peloton. Il a également dû se passer du chef d’équipe Alan Gustafson. Et il y avait une déduction de dix points dans les classements des pilotes et des propriétaires ainsi qu’une amende de 25 000 dollars américains.

Le fait qu’Elliott ait manqué de peu la victoire à la fin est quelque chose qu’il prend sur lui. « J’ai juste fait trop d’erreurs », a déclaré le vainqueur de Watkins Glen 2018 et 2019. Parce qu’il avait mis trop de pression sur les pneus lors de sa (première) reprise, Elliott a dû effectuer un arrêt supplémentaire au stand sous le vert pour faire changer les pneus. Il s’est ensuite battu pour atteindre le niveau P2. Cependant, ce n’était pas tout à fait suffisant pour la troisième victoire consécutive à Watkins Glen (il n’y a pas eu de course là-bas en 2020).

Incidemment, Christopher Bell (Gibbs-Toyota) a également récolté le même barrage de pénalités pour la même raison aux côtés d’Elliott. Il a terminé la course en P7 après avoir été envoyé en tête-à-queue par Larson dans le dernier segment de la course. L’incident s’est produit dans le virage 1 lorsque Larson a attaqué à l’intérieur mais n’a pas réussi à se mettre au même niveau. « Il n’aurait pas dû être là du tout parce que ce n’est pas comme s’il avait plus d’élan à la sortie du virage 7 », a déclaré Bell. Larson a admis après sa victoire, « J’ai certainement fait une erreur là-bas. Ce n’était pas intentionnel, bien sûr, mais c’était une erreur. »

Keselowski part de la P1 à Watkins Glen (6 août)

Brad Keselowski mène le trio Penske sur la grille de départ de Watkins Glen Zoom.

Après deux week-ends sans course, les courses reprennent dans la division supérieure de NASCAR dimanche. Le Go Bowling at The Glen à Watkins Glen est la quatrième et dernière course de la saison régulière et la troisième et dernière course de la saison sur un circuit. Le calcul de la grille a révélé que le pilote Penske Brad Keselowski partira en P1, suivi de ses deux coéquipiers Joey Logano et Ryan Blaney. Ainsi, les trois pilotes Penske s’élanceront depuis les trois premières positions de la grille. Les autres top 10 de la grille sont : Kyle Larson, Kevin Harvick, Denny Hamlin, Christopher Bell, Aric Almirola, Martin Truex Jr, Alex Bowman.

Trackhouse confirme Chastain comme second pilote (5 août)

Ross Chastain sera le deuxième pilote de la piste à partir de 2022 Zoom

La liste des pilotes de l’équipe Trackhouse Racing pour la saison 2022 de la NASCAR Cup a été finalisée. En plus du déjà confirmé Daniel Suarez, qui est actuellement le seul pilote de l’équipe pour la première saison, Ross Chastain conduira la deuxième voiture la saison prochaine. L’équipe, qui appartient à Justin Marks et au rappeur Pitbull, reprend l’intégralité de l’équipe NASCAR de Chip Ganassi Racing pour 2022. Chastain, qui est actuellement le deuxième pilote de Ganassi aux côtés de Kurt Busch, ne change donc pas réellement d’équipe. Son contrat, désormais signé avec Trackhouse, est non seulement valable pour 2022, mais aussi pour 2023.

Le numéro de départ de Chastain pour la première saison de l’ère nouvelle génération de NASCAR est également fixé. Il obtient le numéro 1, qui est actuellement toujours porté par son coéquipier de Ganassi, Kurt Busch. Et comme le nouveau coéquipier de Chastain, Daniel Suarez, conservera le numéro 99, Trackhouse aura le numéro 1 et le numéro 99 dans son portefeuille. En attendant, il n’est toujours pas confirmé ce qu’il adviendra de Kurt Busch après la fin de la saison actuelle en 2021. La nouvelle adresse la plus probable pour lui est 23XI Racing, où ils veulent passer de une à deux voitures pour 2022.

Jeff Gordon fête son 50e anniversaire (4 août)

Jeff Gordon fête ses 50 ans Zoom

L’un des pilotes NASCAR les plus titrés de tous les temps fête son 50e anniversaire aujourd’hui, mercredi : Jeff Gordon. Ce Californien d’origine a annoncé une nouvelle tendance en étant le premier pilote de NASCAR à connaître un succès majeur dont les racines ne se trouvaient pas dans les États du sud des États-Unis. Ayant quitté la Californie pour l’Indiana à l’adolescence, le rêve initial de Gordon était de participer à l’Indy 500. Ce rêve ne s’est finalement jamais réalisé, car Gordon a parié très tôt sur la scène du stock-car, ce qui, à l’époque, au début des années 1990, était inhabituel pour les jeunes ne venant pas du Sud.

Le succès a donné raison à Gordon. Avec quatre titres et 93 victoires en 805 courses dans la seule division supérieure de la NASCAR, il est devenu l’une des figures de proue du stock-car racing. Gordon a disputé toute sa carrière dans la division supérieure de la NASCAR pour Hendrick Motorsports, conduisant la voiture n° 24 jusqu’à la légende. Il a piloté sa dernière saison complète en 2015, suivie de huit courses l’année suivante en tant que remplaçant de Dale Earnhardt Jr, malade.

Et : Gordon a également remporté la dernière course de sa longue et fructueuse carrière. Cependant, ce n’était pas une course de NASCAR, mais la classique d’endurance des 24 heures de Daytona. C’est en 2017 que Gordon a fait partie de l’équipe gagnante de la Cadillac DPi du Wayne Taylor Racing. Ses coéquipiers étaient Jordan Taylor, Ricky Taylor et Max Angelelli. Galerie d’images : Photos de la carrière de Jeff Gordon

Depuis sa dernière saison complète de NASCAR (2015), Gordon est co-commentateur pour la chaîne de télévision Fox Sports pour les courses de la première moitié de chaque saison pendant six ans (2016 à 2021). Mais c’est fini maintenant, car il a été nommé vice-président de Hendrick Motorsports il y a quelques semaines et, dans ce rôle, il s’occupe de plus en plus des aspects commerciaux et marketing de son employeur de longue date.

R.C. Enerson fait ses débuts en Cup à Watkins Glen (3 août)

R.C. Enerson affronte sa première course de Coupe NASCAR Zoom

Lorsque les NASCAR Cup Series reviendront de leur pause estivale, dimanche, sur le circuit naturel de Watkins Glen, dans l’État américain de New York, un pilote fera ses débuts sur la grille de départ, qui compte 37 participants. R.C. Enerson, qui est surtout connu dans les séries IndyCar, est engagé dans la Chevrolet Camaro #15 de Rick Ware Racing.

En plus de quatre courses d’IndyCar jusqu’à présent et d’une tentative de qualification pour l’Indy 500 de cette année, Enerson a également participé à une course de NASCAR. Il a participé à la deuxième division, la Xfinity Series, à Elkhart Lake l’année dernière et a terminé P20 à ses débuts. Dimanche, le jeune homme de 24 ans originaire de l’État américain de Floride fera ses débuts en Coupe. Et Enerson est également déjà programmé pour le week-end suivant. Il est inscrit à la course IndyCar sur le circuit d’Indianapolis avec Top Gun Racing.

Kyle Larson est en tête de plusieurs statistiques, mais … (2 août)

Le pilote Hendrick Kyle Larson a une emprise statistique claire sur la saison de la Coupe NASCAR jusqu’à présent Zoom.

Les vacances d’été de NASCAR, exceptionnellement longues, sont presque terminées. Dimanche prochain, après deux week-ends sans course, les courses reprennent sur le circuit de Watkins Glen. Reste à savoir si le pilote Hendrick Kyle Larson sera en mesure de maintenir son élan de la première partie de la saison. L’ampleur de l’emprise de Larson sur la saison jusqu’à présent est évidente du fait qu’il mène trois des statistiques clés et partage la première place avec un ou plusieurs autres pilotes dans deux autres.

Après 22 courses cette saison, Larson a le plus de victoires (quatre) à son actif, le plus de victoires d’étape (douze) et le plus de tours de tête (1 441). Il partage également la tête avec Denny Hamlin en termes de résultats dans le top 5 avec onze. En termes de résultats dans le top 10, Larson, Hamlin et Kevin Harvick sont en tête avec 15 chacun. En termes de victoires d’étape et de tours de tête, l’avance de Larson sur Hamlin en tant que second est énorme. Le pilote Gibbs a un peu plus de la moitié du nombre de tours de tête de Larson avec 771 et même pas la moitié avec cinq victoires d’étape.

Jusqu’à présent, tout va bien pour Larson, qui a fait son retour en début de saison après une suspension d’un mois par la NASCAR. Cependant, Kevin Harvick est bien conscient qu’une bonne forme en saison régulière ne fait pas tout, surtout pour les playoffs (à partir du 5 septembre) et leur phase finale en particulier. Le pilote Stewart/Haas a dominé la saison régulière l’an dernier, remportant sept des 26 courses. Il a enchaîné avec deux autres victoires en séries éliminatoires. Néanmoins, Harvick a manqué une place dans le dernier carré et, malgré toute sa domination, n’a terminé que cinquième au classement général.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *