Pourquoi Audi et BMW ne sont-elles pas plus rapides ?

Pourquoi Audi et BMW ne sont-elles pas plus rapides ?

DTM



Pourquoi Audi et BMW ne sont-elles pas plus rapides ?

(RacingNews.fr) – Après la finale des trois jours d’essais au Lausitzring, il y a un sentiment d’émerveillement en DTM : sans les pilotes Ferrari de Red Bulls, Liam Lawson et Alex Albon, qui ont fait monter la température, il y aurait eu cinq Mercedes-AMG en tête à la fin – comme à Hockenheim. Kelvin van der Linde était le meilleur pilote Audi en huitième position, à 0,629 seconde, et Marco Wittmann était le meilleur pilote BMW en 16ème position, à 1,850 seconde du meilleur temps de Maximilian Götz.

Mercedes-AMG a également pris l’avantage lors des essais au Lausitzring.
Zoom

Étant donné que seul un test d’équilibre des performances est actuellement utilisé, dans lequel les voitures doivent être conduites aussi près que possible de la limite de performance afin de fournir à AVL des données utiles, les grandes différences de temps ne sont pas une source de préoccupation.

Néanmoins, le rapport de force prête à confusion : en effet, l’Audi R8 LMS avait été mieux classée dans les tests que dans la Balance of Performance (BoP) de l’OAR, qui est notamment appliquée dans l’ADAC GT Masters. Et là, la voiture est compétitive, alors que dans les tests DTM, on a l’impression qu’elle ne peut pas suivre le rythme de Mercedes et Ferrari.

Audi a l’avantage du poids dans les essais DTM BoP

A quoi ressemblent exactement les données ? Dans le classement SRO de la course du Lausitzring de l’ADAC GT Masters 2020, l’Audi pesait 1 320 kilogrammes – et était donc seulement dix kilogrammes plus légère que la Mercedes-AMG GT3. En revanche, dans le Test-BoP du DTM, l’Audi, avec ses 1 275 kg, est 45 kg plus légère que la Mercedes-AMG GT3.

De plus, la Mercedes du DTM était équipée de deux restricteurs d’air de 38 millimètres de large, alors que selon le BoP de l’OAR, ils doivent se contenter du plus petit restricteur, qui ne fait que 34,5 millimètres de diamètre. L’Audi roule complètement ouverte en DTM, alors que le SRO-BoP prévoit deux restricteurs de 40 millimètres.

Comment tricher avec la classification BoP

Les équipes Audi ont-elles donc bluffé et conduit délibérément plus lentement pour influencer le BoP de Monza ? « Vous devez conduire à fond », a déclaré le patron de l’équipe Rosberg, Kimmo Liimatainen. « Ce n’est pas comme si les gens de l’AVL étaient stupides et avaient accès aux données. Ils peuvent voir quand quelqu’un triche. »

C’est vrai, mais il y a encore des failles, selon les informations de « RacingNews.fr », pour donner une fausse impression malgré les mesures en termes de poids, de hauteur de caisse et de profil d’aile, ainsi que les données des capteurs des voitures : Par exemple, en n’utilisant pas le matériau optimal pour certains composants de la voiture – par exemple, les plaquettes de frein homologuées GT3 – afin de masquer les performances.

Ou bien le conducteur n’utilise pas pleinement les bordures de trottoir, ce qui peut être révélé par les caméras embarquées.

Les bolides n’ont été contrôlés qu’après les passages de BoP

En fait, AVL n’a contrôlé les voitures à Lausitz qu’après les courses de BoP du mercredi et du jeudi, après que les pilotes aient reçu l’ordre de se rendre dans la fosse de vérification technique pour être mesurés, même pendant les essais normaux à Hockenheim en avril, où des temps au tour pertinents ont été enregistrés.

Le contexte : toutes les voitures devaient prendre la piste pendant la course BoP avec 30 kilogrammes de carburant et un jeu de pneus fournis par le DTM, qui ne pouvaient être utilisés que pendant les deux sessions de 20 minutes. Des efforts ont donc été faits pour créer des conditions égales pour tous afin d’obtenir des données pertinentes. Et ils ont eu de la chance, car bien qu’il y ait eu un peu de bruine pendant la course BoP peu avant 13h00 les deux jours, la piste est restée sèche.

On remarque que la R8 LMS est en avance dans les chiffres de vitesse de pointe, comme à Hockenheim. Lors de la course BoP de mercredi, l’Audi a atteint 252,25 km/h, la Ferrari 488 GT3 249,23 km/h, la BMW M6 GT3 248,17 km/h et la Mercedes 246,46 km/h seulement.

Pourquoi le temps le plus rapide de l’Audi n’est pas représentatif

« Nous sommes rapides sur les lignes droites, mais nous perdons beaucoup de temps lorsque l’appui aérodynamique est nécessaire », déclare Thomas Biermaier, directeur sportif d’Abt. En effet, il semble que les équipes Audi soient en difficulté dans le deuxième secteur sinueux : Kelvin van der Linde, qui a réalisé le meilleur temps Audi de la semaine d’essais en 1:43.373 lors de la course BoP de jeudi, n’est pas descendu en dessous de 38.970 secondes dans aucun de ses quatre tours rapides du deuxième secteur.

Le pilote Ferrari Liam Lawson a réalisé le meilleur temps dans ce passage avec 38.265. Le meilleur pilote Mercedes-AMG était Götz avec 38,299 secondes. Cependant, il est intéressant de noter que même Dev Gore, le collègue de van der Linde à la marque Rosberg, qui perd au moins une seconde par tour par rapport au spécialiste sud-africain de la GT3, n’était qu’un millième de seconde plus lent que van der Linde lors de sa course BoP dans le deuxième secteur.

Équilibre des performances : c’est comme ça que ça doit fonctionner !

Le DTM veut établir de nouvelles normes en matière de BoP. Cette vidéo explique l’approche qui est censée réussir. Plus de vidéos DTM

Cela montre que le 1:43.373 n’est pas représentatif, d’autant plus que van der Linde n’a eu besoin que de 38.622 secondes pour ce passage le jeudi matin – et a donc établi le meilleur temps du secteur Audi. Cela aurait rendu possible un 1:43.025 – et van der Linde n’aurait été qu’à 0.281 secondes du meilleur temps de Götz. Cela aurait abouti à une troisième place au classement général pour les trois jours. Seuls Götz et Lawson auraient été plus rapides.

Biermaier : l’écart se comble de deux, trois dixièmes

« Les gens de l’AVL ne se contentent pas de regarder les temps de passage de la BoP », relativise Biermaier. « Si Kelvin était deux dixièmes plus rapide dans le secteur du milieu deux heures auparavant, alors ils prennent le temps de ce secteur. Et alors la différence n’est pas de six, mais de deux ou trois dixièmes. »

D’autant plus que le 1:43.815 du pilote Rosberg Nico Müller dans la course BoP la veille n’était qu’à 0,218 seconde du meilleur temps du pilote Mercedes Winward Lucas Auer. « Ce temps n’était pas si mauvais après tout », ajoute Biermaier. « Je pense que c’est la vraie différence en ce moment. D’un autre côté, nous nous sommes trompés dans la pression des pneus à ‘Rocky’ mercredi, il faut être honnête », ajoute-t-il, expliquant le chrono médiocre de Mike Rockenfeller (1:45.753) lors de la course BoP.

« BMW devrait avoir plus de potentiel »

Mais même dans le camp Mercedes, ils n’ont pas toujours été rapides lors des courses BoP : mercredi, par exemple, Götz n’a réalisé qu’un temps de 1:44.008, soit près d’une demi-seconde de moins qu’Auer. En revanche, Wittmann dans la BMW Walkenhorst et Timo Glock, qui prenait place dans la M6 GT3 de l’équipe Rowe équipée pour la première fois du système Space Drive, n’ont pas du tout démarré.

Le déficit de Wittmann de 0,997 dans la course BoP de mercredi – et un total de 1,850 secondes sur le meilleur temps de Götz, que ce dernier a cependant établi le jeudi alors que les équipes BMW n’étaient plus du tout sur place – est trop important compte tenu de la Balance de Performance.

« Bien que le classement ne soit pas exactement propice à la M6 GT3, la voiture devrait tout de même avoir plus de potentiel », a déclaré un initié. D’ailleurs, cela n’était pas dû à une modification des réglages du turbo, comme cela a dû être fait à Hockenheim sur les instructions d’AVL. Cette fois, la pression de suralimentation des voitures turbo BMW et Ferrari est restée la même tous les jours.

Le résultat global des trois jours de test (y compris les courses BoP) :
1er Maximilian Götz (HRT-Mercedes) 1:42.744 (Jeu) (251 tours).
2ème Liam Lawson (AF-Corse-Ferrari) 1:42.840 (Jeu) (164)
3ème Alex Albon (AF-Corse-Ferrari) 1:42.904 (Jeu) (222)
4ème Philip Ellis (Winward-Mercedes) 1:43.108 (Jeu) (169)
5e Arjun Maini (GetSpeed-Mercedes) 1:43.118 (Jeu) (230)
6ème Lucas Auer (Winward-Mercedes) 1:43.180 (Jeu) (183)
7e Vincent Abril (HRT-Mercedes) 1:43.353 (Jeu) (218)
8e Kelvin van der Linde (Abt-Audi) 1:43.373 (Jeu) (113)
9ème Daniel Juncadella (GruppeM-Mercedes) 1:43.428 (Jeu) (182)
10e Nico Müller (Rosberg-Audi) 1:43.815 (Mer) (156)
11e Mike Rockenfeller (Abt-Audi) 1:43.952 (Mi) (134)
12e Gary Paffett (Mücke-Mercedes) 1:44.022 (Mi) (162)
13ème Dev Gore (Rosberg-Audi) 1:44.346 (Jeu) (246)
14ème Sophia Flörsch (Abt-Audi) 1:44.420 (Jeu) (228)
15ème Nick Cassidy (AF-Corse-Ferrari) 1:44.523 (Tues) (82)
16ème Marco Wittmann (Walkenhorst-BMW) 1:44.594 (Mer) (153)
17ème Timo Glock (Rowe-BMW) 1:44.946 (Mi) (146)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *