Est-ce que tout restera dans le V8 après tout ?

Est-ce que tout restera dans le V8 après tout ?

Supercars



Est-ce que tout restera dans le V8 après tout ?

(RacingNews.fr) – Avec l’ouverture du règlement aux voitures à deux portes et aux moteurs turbo, les organisateurs de l’Australian Supercar Series souhaitaient en fait attirer davantage de constructeurs dans le championnat, et pour cela ils ont spécialement supprimé le « V8 » de leur nom. Mais maintenant, tout ressemble plutôt à un « retour aux sources » : Après la sortie de l’usine Nissan, il ne restera tôt ou tard que Holden et Ford – si aucun autre constructeur n’entre en scène et en fonction de la durée pendant laquelle les frères Kelly continueront à gérer l’Altima.

Les moteurs V8 continueront à rugir dans les Supercars pour le moment.
Zoom

Cela signifie également qu’une autre décision a été prise, ce qui devrait dans un premier temps faire pousser un soupir de soulagement à de nombreux fans : Pour l’instant, il n’y aura pas de moteurs de moins de huit cylindres dans les séries de voitures de tourisme. En avril, Holden a mis en attente le développement du V6 turbo, qui était censé faire ses débuts en 2018. Les règles de la « GenII », qui autorisent les coupés à deux portes aux côtés de turbos à quatre et six cylindres, étaient également une invitation pour Nissan à proposer son modèle phare GT-R avec six cylindres. Cela a pris fin avec le retrait.

Holden adopte ce qui doit être une approche sans précédent en gelant le programme de développement de son nouveau moteur, renonçant à l’unité de production pour préserver le son du championnat. La série Supercar s’est engagée dès 2009 sur le thème de la protection de l’environnement en utilisant le carburant E85. Les passionnés regretteront peut-être les flammes vives en mode dépassement depuis lors, car le E85 brûle de manière nettement plus sombre, mais c’était une étape importante pour l’acceptation du sport automobile.

Craig Lowndes teste le Holden V6

Le propriétaire de l’équipe, Brad Jones, déclare à ‘RacingNews.fr’ : « Pour être honnête, c’était la bonne décision (de mettre le V6 au placard ; ndlr). « Le Commodore ZB fonctionne très bien avec le V8 et les fans adorent le son. La compétition est très, très serrée, le son est bon. C’est donc une bonne décision, qui est bonne pour le sport. » Mais il souligne également que « le V6 n’est pas mort, il est juste sur le banc de touche ». Holden ne devrait donc pas être laissé à la traîne dans la bataille contre Ford, qui amène la Mustang en 2019, en termes de V8.

Ryan Walkinshaw, propriétaire de l’équipe Walkinshaw Andretti United, avait déjà pris position contre le V6 et exprime maintenant son soulagement : « Le V8 est synonyme de ce championnat. Tant de passion et d’histoire gravitent autour d’elle. C’est fantastique de voir Holden à l’écoute des fans. » Selon la filiale de GM, cette décision n’est pas une annonce de sa propre retraite. Le V8 de cinq litres n’est plus proposé dans l’actuelle Commodore, qui n’est en fait rien d’autre qu’une Opel Insignia avec un emblème différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *