L'annulation de la course Supercars devient une question politique

L’annulation de la course Supercars devient une question politique

Supercars



L'annulation de la course Supercars devient une question politique

(RacingNews.fr) – L’Adelaide 500, l’un des événements les plus traditionnels du sport automobile en Australie, a été annulé. Mais l’opposition politique n’est pas prête à accepter cela et a déjà signé un protocole d’accord avec Supercars pour un événement à partir de 2023, s’ils remportent les prochaines élections en Australie-Méridionale. La course devient une question politique.

L’Adelaide 500 est l’un des événements sportifs les plus populaires d’Australie.
Zoom

Contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, la course n’a pas été annulée à cause d’une ligne politique gauche-vert, mais par le seul parti libéral-conservateur au pouvoir pour des raisons économiques. Le soutien à la course vient du parti social-démocrate Labor Party.

L’Adelaide 500, qui a remporté plusieurs prix dans le passé pour sa convivialité envers les spectateurs, a subi une perte dramatique de spectateurs au cours des trois dernières années. Jusqu’alors, l’événement était l’une des manifestations sportives les plus suivies de toute l’Australasie, avec une audience record de 291 400 spectateurs sur quatre jours en 2008.

Supercars 2020 : résumé de la course 1 de l’Adelaide 500

Pendant quatre jours, l’action quasi ininterrompue sur la piste a alterné avec des concerts jusque tard dans la nuit. En 2018 encore, 273 500 spectateurs y ont assisté. En 2019, il n’était que de 254 000, et en février 2020 (le week-end a eu lieu du 20 au 23 février), il y a eu une chute spectaculaire à 206 000 spectateurs.

Les raisons de la baisse du nombre de téléspectateurs

Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cette perte dramatique : la crise du COVID 19 qui se profilait déjà à la fin du mois de février, les feux de brousse dévastateurs en Australie au tournant de 2019/20, et une affiche moins médiatisée pour le concert sont cités comme des raisons indépendantes de la course.

Alors que les années précédentes, des groupes pop tels que Robbie Williams et les Red Hot Chili Peppers attiraient le public, en 2020, seuls des groupes nationaux ont été choisis. Ces derniers, bien qu’ils soient très appréciés en Australie, ne peuvent pas rivaliser avec les géants susmentionnés.

Mais les fans ont également dû réduire le nombre de pistes. Le programme de soutien a été réduit depuis 2017 – entre autres, les Stadium Super Trucks, qui étaient extrêmement populaires auprès du public sur place, n’ont plus été inclus. Les installations sanitaires et de restauration ont également été réduites ces dernières années, ce qui a suscité des réactions de fans en colère sur les médias sociaux.

Vidéo : Supercars 2020 : résumé de la course 2 de l’Adelaide 500

Et puis, six jours avant la course de 2020, General Motors a lâché une bombe en annonçant que la marque Holden serait mise au rebut à la fin de l’année. Tous ces facteurs ont contribué à la perte massive de spectateurs qui a fait plonger l’événement dans le rouge.

Pour 2021, Adélaïde était censé glisser vers la fin de l’année et devenir la nouvelle finale au lieu de l’ouverture de la saison. Cependant, rien n’en sortira pour le moment. La pandémie COVID 19, qui semble devoir toucher au moins une grande partie de l’année 2021, a été le dernier clou du cercueil.

Dans la situation actuelle, il n’est pas possible d’organiser un événement durablement réussi, selon le ministère du tourisme d’Australie-Méridionale. « Nous continuons à soutenir le sport automobile et nous explorerons les options pour de futurs événements de sport automobile dès que possible », ajoute-t-il. Une course de Formule E à Adélaïde est actuellement en discussion pour la remplacer.

Le Premier ministre fustige les plans de l’opposition, les qualifiant d’imprudents.

Le chef de l’opposition, Peter Malinauskas, a d’autres projets : « Si le parti travailliste gagne les élections ». [2022] gagne, je ramènerai les supercars dans les rues d’Adélaïde », déclare-t-il sur Facebook. Il ne s’agit pas de simples phrases creuses : Il a déjà signé un protocole d’accord avec le patron du Supercars, Sean Seamer.

« Je pense que Peter Malinauskas est mal informé sur tous les aspects fondamentaux de cette course. »
Steven Marshall

C’est ce qui pousse le Premier ministre d’Australie du Sud, Steven Marshall, à monter aux barricades. « Je pense que Peter Malinauskas est mal informé sur tous les aspects fondamentaux de cette course. » Il entend par là, avant tout, les coûts économiques.

« Il est imprudent ici. Le ministère du tourisme a examiné toutes les données. Ils ont fait une recommandation unanime. Nous l’avons accepté à contrecœur. Nous aimerions aller de l’avant avec l’événement, mais nous avons examiné toutes les données. Ce n’est tout simplement pas possible – surtout dans la situation actuelle de Corona ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *